Ma payse XXIV

par quel ordre de la lumière

me voilà encore étonnée d’oiseaux

adossée au temps et à tout ce qui ne meurt pas

dans les doigts de la nuit

et au pays de tout ce qui compte?

passe soudain une méditation qui vole

entière comme une peau retroussée sur son émoi

est-ce une métaphore ou un ange craquant dans le bois

descendu là pour nous donner la vitesse du vent?

est-ce l’âme du vivant dans un seul relent de résine?

est-ce l’amour qui vient dans les nids avec son besoin de racines?

l’histoire dira comment j’ai habité notre maison

et quel profil j’ai tendu à l’infini en rêvant avec toi

d’un poème

vertical

 

Barbara Auzou.

9 réflexions sur “Ma payse XXIV

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s