Fugacité CCXXIV

Photo Julie

reprendre des mots proches de la respiration première et puis l’arbre et puis l’ambre

le mystère illisible de nos greniers qui pend en poignées de foin sec dans les arabesques d’une goutte de temps

et retrouver le désir de vivre tendrement dans l’espace arboré et le volume souple d’un jour ordinaire où tout peut repousser

 

Barbara Auzou.

13 réflexions sur “Fugacité CCXXIV

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s