Cinquante huitième lettre pour toi ( avec photo du jardin)

le jour est encore lourd de nuit

je caresse de l’eau de pluie la vouivre dure qui a pris possession des fleurs

je t’écris

rêvant d’une vive remontée de l’azur qui essaimerait dans un cri sa joie pure et la vitalité dans l’amorce saisonnière des cœurs

un oiseau de ferveur pourtant chante très doucement et continue à jouer avec les balles du soleil une partie jamais perdue

tandis qu’au loin des assassins accrochent des cris et des lampions en vue d’un feu de joie dont je ne serai pas

ils auront vite assaisonné les restes de la fête dans l’entassement des toits

le sol sera jonché de détritus

décidément le bonheur que l’on décrète n’est pas pour moi

en lieu et place de l’orage demain

en lieu et place du bruit

je reviendrai au jardin où la pluie même aura perdu de son aplomb

je te cueillerai quelques bouquets de temps rompu

un silence halogène grandira à nos fronts

je viendrai tranquillement avec mon reste de soleil dans les bras recommencer ta tendre érosion

je crois qu’aimer c’est cela

 

B.

11 réflexions sur “Cinquante huitième lettre pour toi ( avec photo du jardin)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s