Fugacité CCXLVIII

Photo Julie

et ma récolte de mer qui roule des hanches au rythme de ses tambours

son humanité sincère et bohémienne qui va à pied

c’est l’amour la poésie le vol de l’eau non-encore posé

le carillon surpris de ma voix au matin qui glisse son nuage et son bagage lourd

dans un ciel désaltéré enfin

 

Barbara Auzou.

14 réflexions sur “Fugacité CCXLVIII

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s