D’un même lien / René Char

Atome égaré, arbrisseau,

Tu grandis, j’ai droit de parcours.

A l’enseigne du pré qui boit,

Peu instruits nous goûtions, enfants

De pures clartés matinales.

L’amour qui prophétisa

Convie le feu à tout reprendre.

O fruit envolé de l’érable
Ton futur est un autrefois.
Tes ailes sont flammes défuntes,
Leur morfil amère rosée.
Vient la pluie de résurrection !
Nous vivons, nous, de ce loisir.
Lune et soleil, frein ou fouet,
Dans un ordre halluciné.

4 réflexions sur “D’un même lien / René Char

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s