Nuancier . Café

il faut bien des forces pour reprendre à l’aube lointaine ses formes hâtées sur le pignon gris des toits alentour

bien des yeux pour surprendre le soleil en face dans le pain rond de son haleine

entends dans le poignet le tempo du café

à la bouche l’espace affamé dont tu fais surgir une île toute gonflée de sa concrétion avec toutes ses preuves d’amour

je tiens bien serré entre les dents le seul grain de ton sourire

venu du sommeil pour labourer mon sommeil

surprise encore de ne pas brûler

 

Barbara Auzou.

13 réflexions sur “Nuancier . Café

  1. le corps farouche et sauvage du sommeil
    s’efforce d’attirer à lui le réveil
    ses rayons brûlent dans la bouche
    ce soleil
    je souris sans avoir ouvert un œil
    sourire rempli de récents souvenirs
    ou d’un rêve peut-être bien
    si réel
    on ne sait pas faire la part des choses
    sans avoir bu la première gorgée

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s