Fugacité CCXIX

Photo Julie

la terre se retourne sur son ombre impardonnable cherchant l’invisible veine rose de son hérédité

partout les hommes explosent avec la cible qu’ils se sont fixée

sans un  cri

des débris de soleils furieux jonchent la mer maintenant

même cette grande bobèche de tulipe reste recuite dans l’oignon de son printemps

rendez-moi l’alchimie des orgues dans le vent

flexible comme le poème

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “Fugacité CCXIX

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s