Appartenance XXVI

jamais je n’aurais pensé

énumérer mes rêves

sur l’hospitalité douce d’une épaule

avec des mots qui dépassent ma gorge

et l’orange vive de ma bouche

encore moins y bâtir le plus grand des silences

par étoiles successives par émois d’agrumes

et c’est comme si j’avais inventé

une nouvelle version du geste

suspendue à la corbeille du monde

comme si pour avoir consenti à me perdre

je me gagnais par l’abandon même

je rends l’arbre à sa génèse

et referme mon tablier sur les tempes battantes

d’une arrière-saison où le chant s’est réinstallé

résolument en avance de quelques fruits sur l’éternel

 

Barbara Auzou

6 réflexions sur “Appartenance XXVI

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s