Fugacité CCLIX

parce que rien n’est à sa place nous tremblons encore dans les prairies nous cherchant des mains à voix basse

parce que rien n’est à sa place et que nous sommes vivants nous ne cédons pas au brun pourrissement de l’été sur ses pieds de colosse déchu

parce que nous ne sommes pas éternels nous cherchons en silence un passage solennel qui va de l’amour à l’amour

 

Barbara Auzou

7 réflexions sur “Fugacité CCLIX

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s