Fidélité / Jacques Dupin

 Nos armes et nos liens ont jailli de la même souche, à
présent calcinée, éparpillée dans le ciel froid.

 D’autres fleurs ont failli me perdre, d’autres talons
d’argent me piétiner. J’ai repoussé cette aube anticipée
du jour qui ne doit qu’à la nuit son accompagnement de
flûtes et de nuées, son trouble, sa félicité…

 Tellement j’ai tremblé que tu ne trembles plus, ma
flamme à la proue, très bas, éclairant les filets.

 Les astres sont anciens mais la nuit est nouvelle. Ô sa
tyrannie d’enfant d’autrefois, son joug de rosée !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s