Prolongeant ton pouls

un rideau de rossignols égarés est tombé sur l’opéra silencieux de l’aurore

doucement j’ai pris corps

prolongeant ton pouls et l’influx et la peau de tes pensées réduites à leur plus simple expression

la lumière tombait droite alors sur ton sourire qui offrait son dos rond

je t’ai parlé

comme on vient comme on respire

avec ma voix du jour et mes poumons d’oiseaux

avec ma voix qui me devance toujours de plusieurs mains

 

Barbara Auzou

7 réflexions sur “Prolongeant ton pouls

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s