Tendres latitudes

vivre est pointu

quand il faut garder

le beau visage de la résistance

quand il faut se faire

des ailes d’effractions

alors que s’amoncellent en nombre

les grands nuages sépia du ciel

au bout de la route aiguë

on refait dans sa bouche sept fois le langage

on délaisse ce que l’on apprend côté cour

pour ce qui s’étreint côté coeur et en contre-bas

toi tu sais combien j’aurai défatigué ma voix

dans le silence et pour le silence

je peux enfin voir le temps à l’œil nu

c’est de l’amour

je t’assiérai au soleil tout à l’heure

au bout de mes mains retardées

émue de nos rêves et de nos tendres latitudes

lentement roulés sur nos transes

ce monde qui sort du cadre est à protéger

muettement

comme mille abeilles revenues à temps

sur le miellat de l’enfance

 

Barbara Auzou

4 réflexions sur “Tendres latitudes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s