« Enterrés » de Michael Ondaatje

michael-ondaatje-007
Pour être enterrés en temps de guerre,
par un climat rigoureux, dans la mousson
des couteaux et des pieux.
 
Les dieux de pierre et de bronze emportés
durant une pose nocturne des combats
entre les camps endormis
passaient dans des pirogues le long de la côte
devant Kalutara.
                         Pour être enterrés
en sécurité.
 
Pour enterrer, entourées de flammes,
de massives têtes de pierre
durant les crues de la nuit.
Traînées hors d’un temple
par leurs propres prêtres,
hissées sur des palanquins,
recouvertes de boue et de paille.
Renonçant au sacré
entre eux,
par temps de crise politique
emportant dans leurs bras
la foi d’un temple.
                           Pour cacher
les gestes du Boudha.
 
Au dessus du sol, du massacre et des guerres raciales.
Un cœur réduit au silence.
La langue arrachée.
Le corps humain fusionnant avec un pneu enflammé.
La boue furieuse
qui regarde.
 
 

in « Écrits à la main » de Michael Ondaatje

 

Nationalité : Canada
Né(e) à : Colombo, Sri Lanka , le 12/09/1943
Biographie :

Michael Ondaatje est un poète, romancier, cinéaste et éditeur.

En 1954 sa famille émigre vers l’Angleterre. En 1962, il immigre au Canada et devient citoyen canadien en 1965. Il obtient un B.A. à l’Université de Toronto, puis un Master of Arts à l’Université Queen’s. En 1970, il s’établit à Toronto où il enseigne la littérature anglaise à l’Université York et au Collège universitaire Glendon.

Il se fait d’abord une réputation littéraire en tant que poète. Ses premiers recueils de poésie s’intitulent « The Dainty Monsters » (1967), « L’Homme aux sept orteils » (1969) et « Rat Jelly » (1973). « Les Œuvres complètes de Billy the Kid » (1996), récit de la vie réelle et romancée du célèbre hors-la-loi, remporte le Prix du Gouverneur général en poésie en 1970, et est adapté pour la scène et présenté à Stratford, à Toronto et à New York.
Son premier roman, « Le blues de Buddy Bolden » (Coming Through Slaughter) paraît en 1976.

En 1992, il publie son roman le plus célèbre, « L’homme flambé ». Prix du Gouverneur général en 1992 (romans et nouvelles), cet ouvrage lui permet de figurer parmi les lauréats du prestigieux Booker Prize et d’être le premier Canadien à recevoir cet hommage. La version cinématographique du roman, « The English Patient » (Le patient anglais), tournée en 1996, remporte 9 oscars.

Ondaatje est aussi scénariste et réalisateur: « Sons of Captain Poetry » (1970), « The Clinton Special » (1974). Il signe aussi un ouvrage critique sur Leonard Cohen, publié en 1970. Comme éditeur de Mongrel Broadsides, il fait paraître des poèmes de James Reaney, Margaret Atwood et d’autres écrivains. Ondaatje publie un livre sur des animaux, « The Broken Ark: A Book of Beasts » (1971).

En 2000, la parution du roman « Le fantôme d’Anil » (Anil’s Ghost) est couronné au Canada par un autre Prix du Gouverneur général, et en France, par le Prix Médicis étranger. En 2007, il gagne un cinquième Prix du Gouverneur général pour « Divisadero ».

Son roman « Ombres sur la Tamise » (Warlight) a été sélectionné pour le Man Booker Prize en 2018.

Tenir ensemble

5802109611

Je me demande

parfois

comment tout cela

peut tenir ensemble

le figuier avec toutes ses racines

l’amandier avec toutes ses amandes

la main avec toutes ses lignes

tremblantes

tendues vers les quatre points cardinaux

Pourquoi

la persistance des routes dans les demeures mouvantes

de la mémoire

la conversation avec la mer dont on a soif

les soirs d’attente

et sa peine légère qu’on porte sur le dos

ou à l’arrière du genou

comme une fleur de sable

 

Barbara Auzou.

Les Missives bleues XIV

bleu 3

Je vous écris,

mon front s’appuie sur ce qui porte un peu plus haut encore. Le sommeil déjà s’éloigne à longues enjambées, les tempes éclatées de rosée et

le jour prodigue ses boutons d’or pour prolonger ce qui est indicible.

C’est assez pour que j’ordonne à mon esprit sensible de ne pas s’égarer davantage.

Je vous vois, pèlerin d’un seul voyage, les bras étendus sur le cercle de l’horizon et le corps rompu à jouir de la vie, faisant le compte raisonnable des saisons, jugeant qu’il est temps désormais de revenir.

Avant que ce samedi à ma campagne ne vous rende, pourriez-vous glisser dans vos bagages quelques pots de ce miel sauvage dont je suis si gourmande?

Vous pouvez en revanche laisser vos châteaux en Espagne. J’ai des projets bien plus simples d’essentiel piqués d’étoiles dans les yeux.

Ici s’achèvent les Missives Bleues.

 

Barbara Auzou.

 

« Avant le bouleversement du monde » de Claire Messud

product_9782072745058_195x320

Parution : 16-05-2019
[When The World Was Steady]

Trad. de l’anglais (États-Unis) par Béatrice Guisse-Lardit

« Jamais d’autre que toi »/ Robert Desnos/ Serge Reggiani

 

 » Jamais d’autre que toi en dépit des étoiles et des solitudes

En dépit des mutilations d’arbre à la tombée de la nuit

Jamais d’autre que toi ne poursuivra son chemin qui est le mien

Plus tu t’éloignes et plus ton ombre s’agrandit

Jamais d’autre que toi ne saluera la mer à l’aube quand

Fatigué d’errer moi sorti des forêts ténébreuses et

Des buissons d’orties je marcherai vers l’écume

Jamais d’autre que toi ne posera sa main sur mon front

Et mes yeux Jamais d’autre que toi et je nie le mensonge et l’infidélité

Ce navire à l’ancre tu peux couper sa corde

Jamais d’autre que toi

L’aigle prisonnier dans une cage ronge lentement les barreaux

De cuivre vert-de-grisés Quelle évasion !

C’est le dimanche marqué par le chant des rossignols

Dans les bois d’un vert tendre l’ennui des petites

Filles en présence d’une cage où s’agite un serin

Tandis que dans la rue solitaire le soleil lentement

Déplace sa ligne mince sur le trottoir chaud

Nous passerons d’autres lignes

Jamais jamais d’autre que toi

Et moi seul seul comme le lierre fané des jardins

De banlieue seul comme le verre

Et toi jamais d’autre que toi. »

(R. Desnos)

Territoriales infidélités

5801440431

Je change de peaux

de lieux sans changer de temps

Territoriales infidélités

qui prennent le mouvement

d’un égarement général

Et c’est un autre jardin

où perlent quelques gouttes

d’innocence dans la pierre spectrale

subitement fertilisée

Et ce sont d’autres blés

cueillis par d’autres mains

moites d’autres essences

qui me font un corps de femme

 

Barbara Auzou.

Les Missives bleues XIII

bleu 3

Je vous écris encore, fleur journalière tournant sur la tige de notre conciliabule exclusif.

Un pied dans le jour et le museau dans l’éternité je me méfie de tout projet au fouet levé des grandes décisions

aussi, attendrai-je votre retour pour vous souffler une idée concernant la maison.

Pendant un instant ce matin tous les oiseaux se sont tus et j’ai mûri lourd un chagrin d’enfant trahi dans mes bras nus. L’heure parfois s’émiette dans la déconvenue pour se reconstituer dans le levain avec bonheur.

C’est le cœur roulé dans un soleil mutin que je vous écrirai demain.

Barbara Auzou.

 

« La dame de la rue Monsieur », Nancy Mitford de Jean-Noël Liaut

image

Peu de vies ont été aussi romanesques que celle de Nancy Mitford, la romancière aux millions de lecteurs.

Nancy Mitford fut l’une des romancières les plus célèbres de son temps, et l’une des plus excentriques, puisant dans les frasques de sa famille la matière de ses romans à succès. Elle est issue de la haute aristocratie anglaise et son destin ainsi que celui de ses soeurs, Diana, Unity et Jessica, se confondent avec la grande histoire.

Diana épousa Sir Oswald Mosley, chef du parti fasciste anglais, chez Goebbels, en présence de Hitler. Unity fut une admiratrice et une grande amie du Führer, tandis que Jessica prit position pour les républicains espagnols et se maria avec un communiste. Nancy, elle, resta toujours liée à ses soeurs, passant allègrement de la table de son fasciste de beau-frère aux bras de son amant, Gaston Palewski, un des plus proches collaborateurs du général de Gaulle.

Grâce à des témoignages inédits, Jean-Noël Liaut raconte le destin épique de la plus française des romancières anglaises et nous fait pénétrer rue Monsieur, dans le salon de Nancy Mitford, l’un des hauts lieux du Paris des années cinquante et soixante. Il en rapporte une foule d’anecdotes, de bons mots, de situations insolites et de personnages hauts en couleur, tout ce qui fait « l’esprit Mitford ».

Allary Editions.