Atelier Poésie/Bricolage…

La fin de l’année arrivant à grands pas, il faut préparer les expositions pour les portes ouvertes du collège qui auront lieu le samedi 16 juin, aussi les élèves volontaires ont commencé à préparer des panneaux mettant en valeur les poèmes qu’ils ont écrit sur le thème: Des rimes à remonter le temps.

WP_20180517_12_58_17_ProWP_20180517_13_13_33_ProWP_20180517_13_13_38_Pro

Les plus grands, eux, ont souhaité continuer à écrire…

WP_20180517_13_13_43_Pro

Je leur ai donc donné la consigne suivante: « S’il faut partir »…et j’ai écrit avec eux.

Achille et Jade ont terminé leur poème…Le mien arrivera dans un post suivant.

 

 

S’il faut partir, je partirai

Déraciné, j’errerai çà et là.

Le monde est ma maison.

Mes sons familiers la terre.

 

C’est peut-être au prix de ma paix

Aux pris des larmes, que las,

Mes pas m’emmèneront

À l’étranger

que j’étrangle

que j’aime

que j’enterre.

 

Deux envies en moi se mélangent

Celle de rester ange dans mes langes

Et celle d’envoyer voler les derniers barrages

Les derniers vestiges qui empêchent le voyage.

 

Achille, 3ème.

 

 

S’il faut partir

Sans mémoire et  sans un soupçon de tendresse

Juste ce silencieux sifflement

Parcourant les doutes et les maladresses,

Je veux laisser de doux souvenirs

Désirer l’excuse avant le mensonge

Accepter le vrai à la lueur de la lune.

 

Le vent m’enlace et m’entend

L’océan a revêtu sa toge mielleuse

Celle à aimer aveuglément.

Elle colorera mon coeur d’un avenir sirupeux.

J’en confondrai le vide pour ne pas espérer

 

S’il faut partir

Alors je ne veux plus attendre.

 

Jade, 3ème.

 

 

 

 

 

 

 

Elisabeth Badinter, une vidéo d’une élève de troisième…

Un grand merci à Pauline qui m’a envoyé via mail hier cette vidéo sur Elisabeth Badinter  (sans que je lui ai demandé!) qui vient enrichir les portraits de femmes que mes élèves de troisième ont réalisés cette année et qui seront présentés lors des portes ouvertes du collège le samedi 16 juin…Merci Pauline et bravo!

Pour rappel:

Bravo les filles!

Atelier théâtre autour du journal d’Anne Frank: projection et débat.

Ce matin les élèves de troisième ont pu visionner la mise en scène créée par Julia Picquet de la compagnie Naxos, qui est venue les former une vingtaine d’heures et ainsi la confronter à leur propre jeu. (je m’excuse à l’avance de la qualité des vidéos mais j’ai filmé dans le noir total…)

WP_20180424_10_51_40_Pro

ils ont beaucoup apprécié et moi aussi! en voici quelques extraits!


Le final ci-dessous qui a fait pleurer quelques élèves qui s’étaient bien habitués à cette famille…

Julia a ensuite échangé avec eux autour de la mise en scène…Le rôle des marionnettes a tenu une grande place dans le questionnement des élèves…

La formation est terminée à priori mais comme nous avons du mal à nous quitter, Julia va revenir finalement en Mai, notre objectif étant maintenant de décider les élèves à se produire devant public lors de la matinée portes ouvertes du collège le samedi 16 juin…

Le travail des élèves, filmé, sera disponible au mois de Mai.

 

 

« L’Adolescence ». BD. (David Le Breton et Pochep)

L-adolescenceMal-être, conduites à risque, contrôle de son apparence, addictions, troubles alimentaires, difficultés affectives ou sociales, rites de la virilité et de l’entre-soi? L’adolescence se révèle pour certains une épreuve difficile. Vécue avec exubérance ou discrétion, elle reste un passage obligé, même si elle est ressentie de façon différente par chaque nouvelle génération. Le sociologue et anthropologue David Le Breton, professeur à l’Université de Strasbourg, revient sur ce qui caractérise l’adolescence dans notre société en perpétuel changement.

Paru le 23 mars 2018.

« Herzl , Une histoire européenne ». Roman graphique de Camille De Toledo et Alexander Pavlenko.

Couv_325622

882. Ilia Brodsky, l’orphelin des shtetls, le Luftmensch, Juif sans terre chassé de Russie par les pogroms, traverse l’Europe avec sa sœur Olga. À Vienne, il croise le jeune Theodor Herzl, un dandy qui commence à percer dans le monde des lettres. Cette rencontre fugace va changer sa vie. À Londres, où il côtoie les réseaux anarchistes de l’East End, puis à Paris où il rencontre le Docteur Max Nordau, compagnon de route et mentor de Herzl, Ilia enquête sur ce journaliste autrichien devenu, avant le tournant du siècle, l’inspirateur et le leader du mouvement sioniste, qui aboutira cinq décennies plus tard à la création de l’État d’Israël.

Une question obsède Ilia : pourquoi ce Juif mondain, parfaitement intégré dans la Vienne des Habsbourg, a-t-il soudain pris fait et cause pour des frères sans patrie dont il a honte ? Quels rêves, quelles raisons intimes, l’ont conduit à imaginer et théoriser l’utopie du « Pays à venir », une nation où tous seraient enfin protégés des violences de l’Histoire ? À quoi ressemble le rêve sioniste de Herzl dans cette Europe à l’aube du xxe siècle qui se rue tête baissée vers la destruction ? Écrivant la nuit, gérant le jour son petit studio photographique du quartier de Whitechapel, Ilia est foudroyé par l’annonce de la mort de sa sœur, en Amérique. Son enquête sur Herzl se transforme alors en une lettre d’adieu, véritable testament pour les temps à venir.

À travers deux destins opposés et étrangement symétriques, ce roman graphique confronte deux versants de la pensée juive : la tradition de l’exil face aux aspirations à la Terre promise. Au moment où l’Europe du XXIe siècle connaît de nouvelles fièvres nationalistes et identitaires contre ceux qui cherchent un refuge, il s’efforce, par la voix d’Ilia Brodsky, d’imaginer un pays pour ceux qui ont tout perdu…

PlancheA_325622

Verso_325622

Editions Denoël Graphic.

 

Atelier théâtre « Autour du journal d’Anne Frank »: La suite…

Après une pause d’un mois, mes élèves de troisième ont repris leurs répétitions ce matin pendant trois heures..Une heure est prévue ce jeudi puis trois à nouveau mardi prochain…Julia et moi avons décidé d’introduire un peu de public progressivement pour les habituer…ils joueront donc devant une autre classe mardi prochain…

j’avais trois autres vidéos plus longues mais WP me nargue depuis quelques jours…Et continue à les télécharger avec un mollesse qui ne me sied guère!!!

 

Avril 1917…Le chemin des Dames…Et soudain des mutins.

C’était le sujet de concours de nouvelles du Haut-Cailly proposé ici.

J’ai eu l’honneur d’envoyer le texte de Pauline, une de mes élèves de 3ème, hier. Je le trouve très beau et bien écrit.Et je la félicite vivement.Je sais qu’elle me lit ici.

Bravo Pauline.

Elle a choisi le titre: « On a l’espérance », paroles tirées de la chanson de Craonne

Cailly 1

Cailly 2

Cailly 3

Résultat du concours en juin et j’espère vivement que l’on remarquera le texte de Pauline!

Atelier poésie: Cadavres exquis , la suite.

Les élèves ont souhaité ardemment continuer à composer des cadavres exquis ce mardi…Les voici:

cadavre-exquis_BR

Les étoiles dansent le swing sur le coucher de marmelade. (Marie)

J’ai croisé un étranger très énergique qui tenait à la main une corde. (Bertille)

Maman lit un livre sur la classification des complexes qui éclaboussent. (Bertille)

Le gang composé d’une dizaine d’opticiens, après une dure sélection, se fait massacrer. (GwenaIs)

Outre la réunion qui nous a usurpés, ma mère a fait cuire des carottes sur la mezzanine. (Gwenaïs)

L’hécatombe de la paresse et la suie du baby-foot se sont déshydratées. (Gwenaïs)

Les esquisses du peintre fléchissaient vantées par l’odeur du Saint -Nectaire. (Capucine)

Les chevreuils purifiés par du phosphate ne reçurent pas leur solde. (Capucine)

J’ai embaumé avec du curry les grosses tentacules gluantes et humides de notre cher papy mourant. (Ronan)

Je dus franchir la douane pour assister à une scène de nudisme. Cela me donna des haut-le coeur et je m’en retournai poussif. Plus tard, j’appris que j’avais la toxoplasmose. (Domitille)

Le cocher s’étira jusqu’à la rupture des ligaments. j’en riais tellement que les larmes ruisselaient. (Domitille)

Le naufragé fut vainqueur face à l’enseignement chinois. (Zoé)

Une grande monarchie, gouvernée par un revenant cornu, avait pour seule passion de faire des mouillettes. (Gwenaïs)

Une sourdine insolente fut envoyée au pénitencier pour avoir détruit une berceuse. (Gwenaïs)

Des chasseurs en shorts garances pourchassaient des animaux détériorés de leurs sagaies à pois. (Gwenaïs)

La confidence d’un intrus sur le passeport d’un plafond triomphe sans écourter la sentence du dindon. (Jade)

Ce fut la stupeur quand on comprit que l’homologue du continent voisin se servait d’un foulard pour devenir astronaute. (Jade)

Les inattendus pomélos s’exposent en énarques réversibles. ( Jade)

La femme de Crésus eut beaucoup de difficultés à remonter son maillot sur son corps en révolution. (Domitille)

L’étable mène à un carrosse en tabatière et le percepteur n’a qu’un mannequin pour miroiter. (Jade)

Déterminé, le tourmenté coupe le minéral avec un ciseau. (Achille)

L’innocente raie du rondouillard s’agita, rejetant de facto un tract en faveur des sanitaires. (Achille)

Atelier théâtre autour d’Anne Frank…La suite avant une pause jusqu’en avril…

La troupe part en tournée.C’était donc hier la dernière séance avec Julia avant une reprise (une dizaine d’heures…) en Avril…D’ici là je veillerai à ce qu’ils travaillent bien leur texte!

Répétition du choeur des garçons:

Répétition de scènes:

 

Puis distribution des répliques pour la suite…

Rendez-vous en avril!