Récit d’un monde adolescent…

La-France-d-hier

« Mai 68 peut apparaître comme la préhistoire pour les générations dites X, Y, ou Z… Mais que savent-elles au juste des conditions dans lesquelles a vécu ma génération, de sa jeunesse et de son passage à l’âge adulte ? Ce livre voudrait faire comprendre “de l’intérieur” la vie d’un jeune dans les années 1950 et 1960. Parce que l’adolescence est la plaque sensible du basculement dans le nouveau monde, “crise de l’adolescence” et “crise de la modernité” se font écho : elles révèlent un malaise symptomatique des difficultés du pays à s’engager dans une nouvelle étape de son histoire. »  Jean-Pierre Le Goff a retenu tout ce qu’il a observé dans les comportements familiaux et sociaux, le catéchisme et les enterrements, les débuts de la grande consommation et des loisirs de masse, le livre de poche, le cinéma, la publicité, les lumières de la ville, le quotidien des femmes, le yéyé… Cinquante ans après Mai 68, pour éviter les contresens et les récupérations, rien de plus nécessaire que ce récit émouvant et drôle qui constitue un document ethnologique hors du commun éclairant le passé et le présent ».

Chez stock, 300p. À paraître le 07/02.

Trois recueils de Jean-Claude Pirotte réunis chez Poésie/Gallimard.

product_9782072768545_195x320Dans l’œuvre multiforme et démesurée de Jean-Claude Pirotte, Poésie/Gallimard a choisi de rassembler trois recueils qui offrent, pour les années 2008-2011, un parcours, une traversée, avec pour double décor le Jura et la mer du Nord. Dans Passage des ombres, on va de l’un à l’autre, plusieurs fois, le paysage semble une toile de fond pour ces ombres passantes, passagères. Station suivante, Cette âme perdue, il n’y a plus qu’un seul lieu, la mer du Nord qui envahit chaque page – une surprenante ode maritime en 88 poèmes, avec poissons, naufrages, noyés, marées, tonnerres sur la mer. Dernière station, Ajoie, «le pays de l’Ajoie», là aussi le paysage prend possession de chaque poème. La mer est remplacée par les monts du Jura, côté Suisse.
Le tryptique composé par ces recueils donne un tableau où les éléments finalement se fondent. Mer du Nord et Jura : le même ciel, la même terre. Une géologie sereine ou plus trouble, qui appelle inéluctablement la tempête, car le vent souffle à chaque page ou presque. Et puis il y a ce qui singularise Pirotte entre tous, ces légères traces d’ironie dans la mélancolie, qui souvent s’inversent en traces de mélancolie dans l’ironie… Selon les moments, cette poésie apparaîtra ludique, entièrement teintée d’humour, d’irrévérence, ou au contraire sombre, chargée de tous les désespoirs ambiants. En fait, c’est une parole qui se donne pour familière, aussi proche, affectueuse et intime que possible, comme si elle était , toute proche, et murmurait depuis la pièce d’à côté.

À paraître le 15/02/2018.

« Larmes blanches » D’Hari Kunzru.

 

Carter et Seth, âgés d’une vingtaine d’années, appartiennent a des mondes opposés. Le premier est l’héritier d’une grande fortune américaine, l’autre est un misfit social sans le sou, timide et maladroit. Ils forment un tandem  uni par une passion commune, la musique, qu’ils écoutent dans leur studio. Seth, obsédé par le son, enregistre par hasard un chanteur de blues inconnu dans Washington Square. Carter, enthousiasmé par la mélodie, l’envoie  sur Internet, prétendant que c’est un disque de blues des années 20, un vinyle perdu depuis longtemps, œuvre d’un musicien obscur, Charlie Shaw.
Lorsqu’un vieux collectionneur les contacte pour leur dire que leur faux musicien de blues a réellement existé, Seth accompagné par Leonie, la sœur de Carter, partent dans le Mississipi sur les traces de ce personnage.

«  Captivant, ce roman élucide l’histoire inique de l’appropriation par les Blancs de la culture noire. » The Washington Post

Traduit de l’anglais par Marie-Hélène Dumas

Littérature étrangère/ Editions JC Lattès
Parution :
10/01/2018

« L’oiseau, le goudron et l’extase » de Alexander Maksik.

9782714475992

Note de l’éditeur:
 
Après La Mesure de la dérive, finaliste du prix du meilleur livre étranger et traduit en une dizaine de langues, Alexander Maksik nous revient avec un roman qui ébranle, porté par une psychologie fine et une écriture à fleur de peau. Aussi puissant que sincère, un morceau de bravoure sur ces élans d’amour, de rage et de liberté qui nous bousculent tous.
L’oiseau l’attaque violemment et la douleur lui perfore les poumons.
Le goudron s’infiltre dans chacun de ses pores et tétanise ses membres, jusqu’à l’étouffement.
Et l’extase le rend fou, l’électrise pour lui donner des ailes.Quand il a rencontré Tess Wolff au cours d’un été pluvieux, Joe March a été saisi d’une violente transe amoureuse, un désir qui le dévore. Cette première déflagration sera suivie d’une seconde, encore plus forte : en ce même été, sa mère, son adorée, commet l’irréparable.L’oiseau, c’est l’existence de Joe qui explose en mille morceaux.
Le goudron, c’est la peur qui l’engloutit.
Et l’extase, c’est cet élan vital, qui chaque jour va lui donner la force d’avancer…

À paraître le 01 Février. Editions Belfond.

« Des jours d’une stupéfiante clarté d’Aharon Appelfeld…

Alors qu’Aharon Appelfeld nous quittait le 04 Janvier,( voir l’article que je lui avais consacré ici.) son dernier livre paraît en librairie le 01 Février…

133769_couverture_Hres_0

Traduit de l’hébreu par Valérie Zenatti

Theo Kornfeld a vingt ans lorsqu’il quitte le camp de concentration que ses gardiens viennent d’abandonner à l’approche des Russes. Il n’a qu’un seul but : retrouver la maison familiale. Errant sur les chemins, blessés au plus profond d’eux-mêmes, les déportés qu’il croise lui rappellent l’horreur à laquelle il a survécu, tandis que d’autres figures émergent de son passé. Celle de sa mère, Yetti, une femme à la beauté exceptionnelle, au caractère fantasque, qui aimait les églises, les monastères et l’œuvre de Bach. Celle de Martin, un père trop discret que Theo va apprendre à mieux connaître.

Des jours d’une stupéfiante clarté raconte son voyage à travers les paysages d’Europe centrale baignés de lumière. Chaque rencontre suscite en lui d’innombrables questions. Comment vivre après la catastrophe ? Comment concilier passé et présent, solitude et solidarité ? Comment retrouver sa part d’humanité ?

Par-delà le fracas de l’Histoire, ce livre admirable est le récit d’une résurrection.

Collection: Editions de l’olivier. Littérature étrangère

« Les Rêveurs » d’Isabelle Carré

CVT_Les-reveurs_7938«  On devrait trouver des moyens pour empêcher qu’un parfum s’épuise, demander un engagement au vendeur – certifiez-moi qu’il sera sur les rayons pour cinquante ou soixante ans, sinon retirez-le tout de suite. Faites-le pour moi et pour tous ceux qui, grâce à un flacon acheté dans un grand magasin, retrouvent l’odeur de leur mère, d’une maison, d’une époque bénie de leur vie, d’un premier amour ou, plus précieuse encore, quasi inaccessible, l’odeur de leur enfance…  »
I. C.

Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.

Un extrait:

Quitter Pantin

Penchée à la fenêtre de sa chambre, elle fume sa dernière cigarette. Il va falloir sortir acheter un nouveau paquet. Elle attend le moment où elle ne pourra plus faire autrement. Ils l’ont installée à Pantin, parce que, ici, elle ne connaît personne et que personne ne les connaît. Elle doit rester là, plusieurs mois, dans un studio à peine meublé d’un lit, où elle imagine, le soir, quand elle s’y glisse, tous les gens qui l’ont précédée, d’une table en Formica et de deux chaises. La cuisine est dans la même pièce, les toilettes sur le palier, au fond du couloir. Son frère l’a trouvé par petites annonces, dans une rue discrète près des Grands Ensembles. Elle écrase sa cigarette en se promettant de fumer moins aujourd’hui. Elle a faim mais le réfrigérateur est vide. « Il faut vraiment que je sorte », se répète-t-elle pour s’en convaincre. « Je ne dois pas avoir peur, je ne croiserai personne… »

Paraît aujourd’hui chez Grasset.

« Ecoute la ville tomber » de Kate Tempest.

images (4)

Becky, Harry, Leon. Ils sont jeunes, hésitent entre le cynisme et le besoin éperdu d’utopie. Chacun a des rêves, des aspirations, que la ville nourrit et feint d’encourager pour mieux les broyer. Ce roman résonne des bruits et du rythme de notre époque, dans la prose incandescente de Kate Tempest, star du hip-hop, poétesse et artiste déjà légendaire à 30 ans à peine, admirée par Virginie Despentes, Lola Lafon ou Don DeLillo. Best-seller international, ce livre impose la jeune Anglaise comme une voix majeure de la scène littéraire d’aujourd’hui.

Éditeur : Payot et rivages. (10/01/2018)

« Couleurs de l’incendie » par Pierre Lemaitre.(suite très attendue d' »Au revoir là-haut ».)

 

 

Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l’empire financier dont elle est l’héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d’un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.
Face à l’adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l’ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d’intelligence, d’énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d’autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l’incendie qui va ravager l’Europe.

Couleurs de l’incendie est le deuxième volet de la trilogie inaugurée avec Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013, où l’on retrouve l’extraordinaire talent de Pierre Lemaitre.

 

Pierre Lemaitre

Né à Paris (France) le 19/04/1951

Pierre Lemaitre est un écrivain et scénariste français. Il s’impose depuis quelques années comme l’un des meilleurs romanciers français de polars et thrillers. Il est lauréat du prix Goncourt 2013.

Pierre Lemaitre est né en 1951 à Paris. Avant de se tourner vers l’écriture à temps plein, il enseigne aux adultes, et notamment aux bibliothécaires, la littérature française, américaine et la culture générale. Il a déjà plus de 50 ans lorsqu’il se fait connaître avec un premier roman. Il publie en 2006 « Travail soigné » aux éditions du Masque, et reçoit le Prix du premier roman du festival de Cognac. Son deuxième roman, « Robe de mariée », publié en 2009 chez Calmann-Lévy, reçoit plusieurs prix dont celui du meilleur polar francophone. L’auteur se fait remarquer par les amateurs du genre, et ses ouvrages sont des succès. Son troisième roman, « Cadres noirs » (2010), est un thriller qui reprend un fait social. Il reçoit le prix le Point du polar européen.

Par la suite, l’auteur publie coup sur coup « Alex » en 2011 chez Albin Michel (prix des lecteurs policiers du Livre de Poche), « Sacrifices » (2012), « Rosy et John » (2013). Ses polars sont reconnus à la fois par le public et la critique. Son dernier roman, « Au revoir là-haut » (2013), qui n’est pas un polar mais un roman picaresque, a reçu le prestigieux prix Goncourt. Ses romans sont traduits dans une dizaine de langues, et certains vont être adaptés au cinéma. Pierre Lemaitre est aussi scénariste de feuilletons pour la télévision (TF1 et France 2).

Couleurs de l’incendie, par Pierre Lemaitre, Albin Michel, 544p. En librairie le 4 janvier.

Une vie comme les autres de Hanya yanagihara..

9782283029480-86f93

On y suit sur quelques dizaines d’années quatre amis de fac venus conquérir New York. Willem, l’acteur à la beauté ravageuse et ami indéfectible, JB, l’artiste peintre aussi ambitieux et talentueux qu’il peut être cruel, Malcolm, l’architecte qui attend son heure dans un prestigieux cabinet new-yorkais, et surtout Jude, le plus mystérieux d’entre eux. Au fil des années, il s’affirme comme le soleil noir de leur quatuor, celui autour duquel les relations s’approfondissent et se compliquent, cependant que leurs vies professionnelles et sociales prennent de l’ampleur.

 

 

Une Vie comme les autres, de Hanya Yanagihara, traduit de l’anglais par Emmanuelle Ertel (Buchet-chastel,812p).

 

« Pactum Salis » d’Olivier Bourdeaut.

 

Après le succès considérable de son premier livre, En attendant Bojangles (Finitude, 2016) – 500 000 exemplaires vendus tous formats confondus -, Olivier Bourdeaut signe chez l’éditeur qui l’a découvert un nouveau roman. Dans Pactum salis, programmé au 4 janvier, l’auteur évoque une rencontre improbable, au cœur des marais salants, entre deux hommes que tout oppose…

Pactum salis d’Olivier Bourdeaut (Finitude, 253p) En librairie le 4 janvier.