Je te rencontrerai dans un rêve inversé./ Jacques Bertin.

Je te verrai, tu seras posée sur la route, loin devant
Dans la chanson des essuie-glaces jamais tout à fait en rythme et toi devant
Posée haut sur la jupe à glissière qui se fend par devant
La forêt écartée sur chaque bord et toi là-haut, devant

C’est à cette heure-là que tu rentres de tes vies secrètes, où étais-tu aller germer ?
Dis, tu m’entends ? Descends de ton matelas d’air
Y a pas de maison au bout de la route, y a la route, là devant
Des appartements qu’on investit, qu’on déserte, des couloirs comme des amours
Et la route là devant

Je te rencontrerai dans notre vie qui est toujours inverse comme un rêve
Peut-être nous nous aimerons, on n’en sait rien
Tu monteras dans la bagnole avec ton air triste et ton sexe
Ta peau blanche et tout ce qu’il faut pour le mal

Et la pluie nous recouvrira.

Je parle pour celui qui a manqué le train/ Jacques Bertin.

Je parle pour celui qui a manqué le train
Et qui reste tout seul sur le quai. Il s’en moque
Toulouse-Éternité : soixante années de train
Qu’est-ce que c’est que ce ticket qu’on m’a mis dans la main ?

Je parle pour celui qui a manqué le train
Il s’en voudrait de s’embarquer dans ce voyage
Et de vivre il s’en fout. Sa vie de lui s’éloigne
Dans le wagon de joie de vivre des premières et il s’en fout

Ce train sent la sueur, les femmes qui rigolent
Les cris d’enfants, la gueule rasée des officiers
Le regard suffisant des femmes engrossées
Les causes et les drapeaux, le bon marché, la révolte

C’est un matin très gris, très beau d’une province
Tu vas dans le silence des étals et des balcons
Tu marches dans la rue, tu t’en fous, tu te moques
De toi, de tout, de rien, de ta vie qui s’en va

Ce serait chouette de partir tout seul pour un voyage
La vie rêvée, la mort qui tremble de parfums
Et dans le paradis sans bruit, comme une enfance
Où s’en vont les linges de femmes, parait-il.

« Sur le cul »/ Bertrand Belin.

« Sur le cul » extrait de l’album « Persona » (Sortie le 25 janvier)

 

Il y avait un homme ce matin
Comme hier d’ailleurs
Il y avait un homme ce matin
Sur le cul
Il y avait un homme ce matin
Ainsi qu’une femme
Sur le cul

Comme hier d’ailleurs

Il y avait dix hommes ce matin
Ainsi que dix femmes
Sur le cul
Des enfants couraient mignons
Après les pigeons
Qui s’envolaient
Puis se reposaient
Sans relais

Comme hier d’ailleurs
Puis se reposaient

Il y avait cent hommes ce matin
Ainsi que cent dix femmes
Sur le cul.

Moi j’aime pas les bilans ni les listes de bonnes résolutions…Meilleurs vœux.

Chat

Je souhaite aux gilets jaunes d’apprendre à se passer de leur voiture et de ré-apprendre à courir…

Aux handicapés de faire des efforts pour s’adapter un peu

Aux pauvres de savoir enfin faire des économies

Aux retraités de comprendre qu’il est grand temps de céder la place

Aux jeunes d’être patients et raisonnables avant d’être vieux et de céder la place aux jeunes vieux

Aux coachs de vie en tout genre un avenir qui s’annonce prometteur. Tant mieux pour eux.

 

Au silence de prendre un sens qui aurait valeur de geste

Et à la poésie de continuer à n’être pas marchande…

 

Bonne année à tous.

 

A mes chers élèves…Ce que je n’ai pas reçu à Noël…

C’est….

ob_bfd25f_1546138-649436928526758-90776702919330

Merci pour vos nombreux messages…Je vous souhaite de joyeuses fêtes aussi…

 

Bonjour je n’ai pas réussi à imprimer ma feuille je vous l’envoie donc par Arsène.

Bonsoir, voici mon travail excusez moi mon imprimante ne marche plus et je l’ ai fais sur pc.

Bonjour Madame, pouvé vous imprimé mon travail svp, j’ai pu de cartouches

Bonjour madame, je sait le travail c’est pour demain et il est 23h, on est dimanche vous allé pas être contente, pouvez-vous imprimer ma rédaction  (et me mettre une bonne note!)

bonsoir madame, ça serait sympa de m’imprimer le devoir sur mon village et de replacer les photos car ça déborde sur le texte.Bon dimanche

bonsoir madame, on est au ski ma mère demande si vous pourrez imprimer mon devoir pour la rentrée, ya pas d’imprimante ici. Joyeux Noël, Madame Auzou!! j’espère que vous avais eu plein de cadeaux!

 

Montevideo/ Bashung

 

J’ai mis du vent
J’ai mis du vent sous mon chapeau
J’ai mis du tango sur ma peau
J’ai mis du son
J’ai mis du silence et de l’eau
J’ai mis du sens à tous les mots

Tu vois
Ça fait longtemps que j’me déguise
Là-bas
J’ai laissé tomber mes valises

Y avait des cerfs-volants
Qui flottaient sur la mer
Au sud de Montevideo
Quelques milliers d’amants
Qui s’embrassaient par terre
Et j’ai failli tomber de haut

J’ai mis du temps
Pour oublier que j’t’aimais trop
J’ai mis du temps à t’faire la peau
J’ai mis du vent
J’ai mis du vent sur ma moto
J’ai mis du vertige et de l’eau

Tu vois
Ça fait longtemps que j’me fais peur
Des fois
J’me dis qu’j’vais m’enfuir avant l’heure

Y avait des cerfs-volants
Qui flottaient sur la mer
Au sud de Montevideo
Quelques milliers d’amants
Qui s’embrassaient par terre
Et j’ai failli tomber de haut

Y avait des cormorans
Qui fixaient les falaises
Au sud de Montevideo
Quelques milliers d’enfants
Qui chassaient les sirènes
J’ai dérivé jusqu’à Rio

« 100 chansons » de Boris Vian. Réédition.

AVT_Boris-Vian_6720

En cette fin d’année 2018, les éditions Jacques Canetti rééditent en version collector et numérotée le coffret 100 chansons de Boris Vian sous la forme de 6 vinyles et 4 cd.
Un livret de 32 pages avec textes inédits, photos rares et reproduction de manuscrits originaux vient compléter le contenu de ce coffret d’exception disponible en exclusivité à la FNAC.