Le prochain nom de la classe de terminale: La classe de maturité…Arghhh…

replique-blanche-neige-sept-nains-12 (1)

maturité
nom féminin
1.
  1. État d’un fruit mûr.
  2. 2.
    au figuré
    Plein développement.
    Lettre à mes élèves

    Mes chères pommes,

J’aurais tout essayé pour vous rendre savoureuses, vous qui cherchiez votre espace de fruit unique dans le même panier plein à ras-bord que l’on m’avait confié…Je vous annonce le coeur serré que d’ici trois ans vous serez cueillies, toutes, les rouges, les rondes , les vertes et même les véreuses…Il me semble qu’il serait suicidaire dans l’état actuel de confier au gros monsieur au fond là-bas qui transpire et qui prend des notes (c’est un chef d’entreprise, il est là pour votre bien!) qui vous fera passer le grand oral que vous aimâtes un jour la poésie et la lecture, créer et réfléchir…Et si vous vous fichez de l’économie comme de ma première récolte, tant pis, mentez. C’est encore pour votre bien. Dites oui surtout à tout ce que l’on vous demande…

Ne vous inquiétez pas pour moi, le ver était dans le fruit depuis longtemps…C’est trop tard…

Je vous adresse mes plus chaleureuses compotées…

 »
Espace couleur de pomme. Espèce, brûlant compotier.

Aujourd’hui est un fauve. Demain verra son bond. »  (René Char)

 

Ps: Dites bien au gros Monsieur que je refuse de brûler mon René Char.

On nous cache tout, on nous dit rien…(ou « je n’appartiens pas à ce monde opus 3)

Et pourtant, nous sommes prévenus, hein, Johnny n’avait placé son voeu d’être enterré à Saint-Barth qu’en second et on nous l’a caché!!! Et même que Claude François a une fille cachée…Autant de sujets dont on se tamponne le coquillard dentelé et vaporeux de nos premières robes...Et pendant ce temps:

C’est L’oppression silencieuse et l’étouffement programmé des services publics , de la réforme du bac qui ira vers l’annualisation du  service des enseignants (et je passe sur le grand oral dont la composition du jury reste inconnue à ce jour , deux enseignants et un inconnu que j’imagine bien en costume de chef-d’entreprise,autant attraper le pigeon dans la volière…) et que dire du sort des personnels de santé qui seront bientôt obligés de se faire greffer dix bras supplémentaires, à crédit, le prix d’un bras étant cent fois supérieur à leur salaire annuel…

Musique Maestro:

Même en 70 heures (de travail hebdomadaire), je n’aurais pas le temps, pas le temps…

En soutien à tous les salariés comme ceux  des Ehpad aujourd’hui qui ne manifestent même plus pour leur salaire mais simplement pour LE DROIT DE NE PAS FAIRE SOUFFRIR AUTRUI dans le cadre de leur travail…

Ginette aurait bien voulu témoigner mais elle est toujours sur sa chaise percée …115535536_o

Informer/S’informer/Déformer: état des lieux avant travaux.

C’est le troisième chapitre abordé en quatrième. Comme l’année dernière j’ai voulu un grand temps de débat et d’état des lieux des connaissances des élèves sur le sujet. Avec une nouveauté cette année, le début des débats coïncidant avec le décès de Johnny Hallyday, j’ai décidé au dernier moment de commencer par leur demander COMMENT ils avaient reçu l’info…

Freetoon

Premier constat: aucun des mes 58 élèves ne l’ignorait le matin-même.

Second constat: 5 de mes élèves ont été réveillés par l’un de leurs parents , une heure avant l’heure, qui leur ont transmis l’information, visiblement bouleversés. (!!!)

Troisième constat: la très grande majorité des élèves ont appris l’info devant BFM TV  qui diffuse les informations pendant leur petit-déjeuner, dès 7h le matin. Télé-Matin est souvent citée aussi. Aucun des 58 élèves ne l’a appris par la radio!

Ce qui ressort du sondage auprès des élèves:

-À quatre exceptions près les élèves prennent le repas familial devant la télé.

-Le journal télévisé le plus regardé est celui de TF1.

-Un élève sur deux a une télé dans sa chambre.

-Les élèves sont capables de citer le nom de leurs journaux régionaux et de deux ou trois grands journaux

-Beaucoup sont capables de définir des critères qui font qu’un site internet est fiable ou non. ( ils n’avaient pas imaginé que l’orthographe en était un aussi!)

Du travail donc…

Il y a même des élèves qui savent lire et dire…

Ce qui manque à nos élèves, c’est l’INTENTION de lecture.Je ne veux pas inscrire cet article dans les débats actuels sur les piètres performances  de nos bambins en lecture (j’en suis lasse souvent… lire à ce sujet cet article d’une collègue) mais plutôt montrer CE QUI MARCHE…Ainsi les sixièmes apprennent-ils 4 ou 5 lignes des romans d’aventures que nous étudions (la prose se prête très bien à l’exercice et  éloigne les tics de la fameuse « récitation scolaire »!) en nommant leur « intention de lecture »…et ça fonctionne plutôt bien. Je vais donc rendre cette activité encore plus systématique…

Ce matin un extrait de « Construire un feu » de Jack London (1907)

La tyrannie des mathématiques…

maths-2-b6e1e

C’est une évidence : depuis des années, les sections scientifiques sont privilégiées dans nos sociétés, et les mathématiques permettent d’opérer une sélection dont on perçoit toute l’injustice et l’incohérence.

Dans les lycées, les classes de séries littéraires sont de moins en moins nombreuses et la plupart des bons élèves sont orientés vers les sections S, avec de nombreuses heures de mathématiques.

Quelle est cette aberration ? On peut ne pas avoir la bosse des maths et être tout à fait performant dans nombre de disciplines.

C’est, pourtant, bien une formation littéraire qui permet à l’être humain de mieux s’intégrer dans la société, de mieux comprendre le monde qui nous entoure, de mieux appréhender le présent tout en faisant référence au passé.

C’est d’ailleurs ce bagage littéraire qui fait défaut, de nos jours, à de nombreux adultes dont on repère assez vite les lacunes et les difficultés en grammaire, en orthographe, ou qui manquent de culture générale…Même chez les sur-diplômés.

Oui, on peut parler d’une véritable tyrannie des mathématiques : de nombreux élèves seraient intéressés par des études littéraires, mais la pression des parents, de la société les conduit souvent à s’orienter vers des sections scientifiques jugées plus valorisantes et offrant plus de débouchés.

Il faut changer cette tendance qui conduit à appauvrir les séries littéraires, à les déprécier totalement, tendance d’autant plus dangereuse qu’elle anéantit tout un pan de notre culture.

Les lettres, la littérature,  l’histoire sont des disciplines fondamentales et essentielles : or, elles sont de plus en plus négligées, mises au rebut.

Caricature?: Pas tant que ça…Et j’entends déjà les remarques que l’on peut aussi « être complet » …Evidemment…Et tant mieux..

j’observe, pour ma part, d’ailleurs, beaucoup plus de mépris de la part des « forts en maths » chez les élèves envers les littéraires, que le contraire…Un peu d’humilité peut-être serait bienvenue. Savoir ressentir un poème et l’analyser est une grande chance de vie…Autant , si ce n’est plus (mais là c’est ma mauvaise foi qui parle et ma colère…) que de résoudre une équation…

Mais c’est quoi la finalité de l’atelier poésie au juste?

imagesC’est la question qu’une très jeune collègue m’a posée ce midi à la cantine alors que j’avalais mon repas à toute vitesse (j’ai 25 minutes) pour rejoindre l’atelier poésie. Je suis restée bouche bée (en prenant soin au préalable que le dernier haricot vert soit plus près de la sortie que de l’entrée…)…Et encore une fois je n’ai pas jeté l’anathème sur la table…Je l’ai rassurée avec l’évocation du concours AMOPA auquel j’inscrivais mes élèves. Elle était effectivement rassurée. L’écriture n’était donc pas gratuite et servait bien à quelque chose. Elle a terminé ses haricots verts, contente d’avoir obtenu une réponse « utilitaire ».

Parfois, je me sens seule.

ça m’énerve… (trois fois cette semaine!)

téléchargement (19)

Régulièrement le débat revient sur le tapis. Les actrices et acteurs la clope au bec à l’écran inciteraient les jeunes spectateurs de cinéma à fumer. Du coup, pourquoi ne pas interdire la cigarette à l’écran ?

Votant une mesure sur l’augmentation du prix du tabac d’ici 2020, Nadine Grelet-Certenais, sénatrice PS de la Sarthe, en a remis une couche et accusé le cinéma de faire de « la publicité détournée pour la consommation de tabac. 70 % des nouveaux films français mettent à l’image au moins une fois une personne en train de fumer. Ça participe peu ou prou à banaliser l’usage, si ce n’est à le promouvoir, auprès des enfants et des adolescents, qui sont les premiers consommateurs de séries et de films, sur internet notamment. »

« Dénormaliser l’image du tabac »

La ministre de la santé Agnès Buzyn a trouvé l’idée excellente, « Je ne comprends pas l’importance de la cigarette dans le cinéma français », et a prévu d’en parler avec sa collègue ministre de la Culture, Françoise Nyssen, pour « dénormaliser l’image du tabac dans la société. » On ne sait pas encore quelle forme prendrait cette réforme et si elle concernerait les films français uniquement, ou aussi les séries ou productions étrangères. Quid également des films anciens ? Faudra-t-il effacer les mégots des archives de la Cinémathèque ?

Alors il faut aussi y interdire la drogue, l’alcool, les courses-poursuites, le sexe,les flics ripoux…et l’art tout court…!

Cette société à la fois  terriblement pornographique et faussement puritaine est à vomir…et ça peut aller très loin si on ne réagit pas.

Le Royaume-uni et l’Allemagne ont estimé il y a quelques jours que les « Nus » de Schiele étaient choquants pour le grand public et ont caché les seins et les organes génitaux des tableaux du peintre dans les espaces publics! Voir l’article de mon ami Pierrick.

ça m’énerve…

Oui…il existe une étiquette « ça m’énerve » dans mon blog et on ne la voit presque plus, réduite comme peau de chagrin ,la fille. ..sollicitée  quatre fois. J’en conclue donc , et c’est moi la première surprise, que je suis une montagne de « zénitude »…Hélas….Au moment où j’écris ces mots se dresse, à l’insu de mon plein gré, et subitement une liste de ce qui m’énerve mais je vous l’épargnerai…

Aujourd’hui, alors que je fumais tranquillement (non, ce n’est pas encore un oxymore!!! mais ça ne va pas tarder…) une collègue, par ailleurs charmante , passe devant moi et me lance: « Mais Barbara, tu ne fais pas le mois sans tabac? »…Je calme immédiatement mon cerveau en ébullition et retiens les paroles malheureuses qui pourraient s’échapper de mes volutes poétiquement dessinées dans l’air…(là encore je vous épargne les mots qui ont surgi, mon cerveau est  tellement rapide à produire le mot que parfois il m’effraie un peu…)…Et évidemment je lance une réponse d’une mollesse effrayante visant seulement à épargner la dame…On dit de moi que je suis gentille. Ce que l’on dit de moi me laisse perplexe d’une manière générale.

Alors, que ce soit bien clair: j’aime fumer, j’aime la viande (et hop, dix abonnés « Vegan » en moins…), je suis d’ailleurs une excellente cuisinière de tous ces plats anciens qui tiennent bien au corps (ragoûts, paëlla, coqs au vins, bourguignons, langues de boeufs et j’en passe des plus gras encore…), je regarde peu la télé, je suis accro à France Inter et si je ne lis pas au minimum une heure par jour, je meurs! Je serai sans doute le dernier défenseur (que dame écriture inclusive me pardonne..) du service public, athée forcément, avec une passion culturelle néanmoins pour les églises et abbayes et le bruit de leurs cloches qui reste , malgré-moi, un des sons qui m’émeut le plus…Et j ‘aime passionnément mon travail qui prend pourtant, comme tous les autres, la tournure de la vitesse, de l’isolationnisme voulu,  sous des couverts de réunionites stériles…

j’ajouterai que j’aime la poésie, mais était-ce utile, et que je considère le langage poétique comme une résistance.