Atelier poésie: première séance

C’est prise en otage dans ma propre salle par seize élèves (14 filles et 2 garçons) venus s’inscrire et considérant qu’on pouvait commencer dès aujourd’hui que la première séance de l’atelier poésie s’est tenue…Pensant qu’il était plus judicieux de reporter pour l’instant la vidéo sur Marc Chagall et de les laisser s’exprimer d’abord, je leur ai offert ce premier tableau:

Le Violoniste Bleu:

le violoniste bleu

Les élèves:

La lune est pleine et la violoniste est Seine

(La violoniste était une fille mais seul l’oiseau le savait)

Le village s’endormait sous l’œil vigilant de l’abbaye

Et les fleurs caressaient ce très bleu si bleu que même la mer

En était jalouse et cette chaise qui volait était un hamac

Qui se disputait en silence avec le ressac

 

Léonce, 6ème

 

 

Il jouait quand il s’ennuyait

Il rêvait sous l’œil de l’oiseau chanteur 

Il était aussi compositeur

Il présentait son art tous les soirs

Toujours perché sur sa chaise

Au-dessus des nuages 

Il jouait à son aise

On ne sut jamais son âge

 

Lina, 6ème

 

 

Chaque nuit de pleine lune

Il fait fuir les âmes prédatrices

Berce petits et grands de sa musique

Dieu sait à quoi il ressemble 

Mais tous l’aiment et le remercient

Au matin quand le soleil jette

Sa première bissectrice

Dans la nuit bleue on peut voir

Un oiseau marié à un bouquet de fleurs

La légende dit qu’ils flotteraient

Au-dessus de nos villages pour nous initier

 

Suzane, 5ème.

 

 

Quand il joue au clair de lune

Il ne voit plus le temps passer

Les fleurs rouges dansent dans le vent

Et les rares oiseaux encore debout

Viennent le saluer puis s’éloignent

Au loin dans la brume épaisse

Les lumières s’éteignent

Quant à moi je reste assise là

L’aimant en secret

Et mon cœur saigne

 

Alice, 5ème.

 

 

Je joue du violon

Je suis une fille en pantalon

Un rien m’habille

Les étoiles scintillent

Assez pour accrocher

Aux yeux des enfants

Des fleurs tous les printemps

 

Camille, 6ème.

 

 

Au clair de lune

Un oiseau vint se poser

Sur l’épaule d’un violoniste

Lui- dit-il quelque chose de triste

Pour que son tabouret se mette à flotter?

Puis vint se poser un oiseau bleu un peu artiste

Sur le pantalon du joueur de violon

Et le son du violon ne fut pas long à s’estomper

En même temps que la lune s’éclipsait

Vers l’aube tentatrice

 

Thomas, 6ème

 

 

 

 

Préparation des portes ouvertes du collège ce matin…

C’était préparation des portes ouvertes qui se tiendront demain au collège, ce matin…Quelques élèves ont accroché les panneaux Poésie de l’atelier ( j’ai supervisé tout en faisant cours en même temps…), et je disposerai demain matin sur une table des exemplaires du livret « N’arête pas ton Char« , ainsi que la nouvelle historique de mon élève Kimi…Peut-être aussi d’anciens livrets puisque une quarantaine ont été réalisés depuis que j’anime cet atelier (20 ans à la rentrée…)

capture

20190614_090157

20190614_100645.jpg

Quelques élèves viendront présenter leur travail aux parents et aux futurs élèves…

Remise du prix poésie pour les élèves de mon atelier cet après-midi à Canopée Mont-Saint-Aignan.

La remise des différents prix d’expression écrite et de poésie organisés par L’AMOPA 76 a eu lieu cet après-midi…

Un grand bravo d’abord à ce jeune-homme, élève de terminale L qui a obtenu le premier prix individuel national pour son beau poème intitulé La Ligne.

20190522_151925

Et bravo à mes élèves pour le prix collectif collège avec le livret: « N’arrête pas ton Char »!

15585346133491

Resized_20190522_155810

20190522_172012

Merci les filles et bravo…La poésie a de beaux jours devant elle!

Merci également aux parents, pour leurs mots chaleureux et…pour le rosier à qui je donnerai un nom de poète évidemment…

Atelier poésie/ préparation des portes ouvertes.

Il reste 4 semaines avant les portes ouvertes de fin d’année..Les élèves de l’atelier préparent (sous la bienveillance de ma présence aphone) des panneaux sur Éluard, Supervielle, Guillevic et Apollinaire  auxquels ils ajouteront leurs propres poèmes…Et le récit de la remise des prix qui se déroulera le 22 mai…

20190514_123225

20190514_130415

20190514_130439

20190514_130456

Atelier Poésie: Les cadavres exquis, la suite.

incipitsalvador-font-b-dali-b-font-font-b-surrealism-b-font-abstract-painting-art-vintage-posters

Préparation de la banque de mots dans les chapeaux-melons …

Resized_20190226_123131_1174 (1)

Resized_20190226_123115_8191 (1)

 

Les Élèves:

 

Un autocar rempli d’artistes a été bombardé d’ovules haineux.

Suzane.

 

Un nymphéa proposa une séance d’hypocrisie à son amie mais celle-ci, exorbitée préféra son vannage.

Domitille 

 

Je suis certaine que j’ai pris un tas d’ossements pour éteindre une chandelle.

Fanette 

 

Quand le génie du coffre m’a infligé la perte du nord ,j’étais faible.

Suzane 

 

Un corps déchiqueté a été retrouvé dans une flaque d’ordures à la plage 

Fanette 

 

L’hypocrisie en embuscade, cette désolante mascarade, éteint la lumière.

Héloïse 

 

J’ai mâchonné des ordures, exploré ma bouche ,et animé des potins.

Clémence 

 

Le malade courant vers le nord est enthousiaste à l’idée de sauter dans le cercueil.

Suzane.

 


 

 

Un ovule qui veut se pendre a convenu d’un rendez-vous avec une plinthe.

Suzane.

 

Se serait-il douté que lors de ce rencart, il prendrait du salpêtre en tant que drogue et se retrouverait saltimbanque?

Kimi.

 

Un gnome à l’opéra insulta le pompage du jusqu’au-boutisme et termina sa vie en filigrane.

Domitille.

 

Il faut exploser sous la nappe et crier pour prendre la parole.

Alice.

 

La reine aménage la remarque d’un homme d’une séance de grisou.

Emma

 

Un insecte à voix suave était pourchassé par un inconnu en apesanteur qui voulait le convertir en confiture.

Héloïse.

 

Il est primordial de bombarder les ossements d’éventails haineux.

Clémence.

 

La perte de mon eye-liner n’est pas un prétexte à l’hydrogène!

Suzane.

 

Un herbivore couvert de taffetas mangea un dernier ragoût avant la mort qui viendrait le cisailler pour hérésie.

Kimi.

 

Un génie fait un clin d’oeil à un doigt recouvert de sparadrap pour qu’il prenne le coffre.

Capucine.

 

Un corps rempli d’hypocrisie  qui cherche des salamalecs se déplace dans un champ d’hellébores.

Suzanne.

 

 

Les livrets poésie pour les élèves de l’atelier sont arrivés…mais.

Ils sont très beaux…(et totalement dénués de publicité)

capture

capture3

Mais tellement épais que leur système d’agrafage n’a pris en charge que la moitié du livret! Alors je n’ai même pas ouvert les paquets restants.

capture2

J’ai râlé via mail mais à peine après Duplicaprint…10 mn plus tard la nouvelle commande avec un papier adapté était déjà en cours de réalisation. Je pourrai donc offrir les livrets aux élèves en fin de semaine prochaine…Non mais alors.

 

La confection du livret poésie des élèves est terminée…mais.

J’ai terminé aujourd’hui la mise en page du livret poésie pour les élèves de l’atelier…Il comporte finalement 52 pages, bien plus que je ne pensais…

Voici les premières pages…Je ne parviens plus à me satisfaire esthétiquement de la reliure avec boudins-spirales format A4…Mon souhait serait un format A5 agraffé…Aussi je me tourne vers vous. Quelqu’un connaît-il un service d’imprimerie en ligne en mesure de réaliser 18 livrets de 52 pages pour un moindre coût sachant qu’au delà de 100 euros le collège ne prendra plus en charge? Merci de m’apporter vos lumières!

capture première de couverture

capture livret 2

capture3

capture 4

Atelier Poésie (Suite)

Les deux dernières séances (pour ce semestre) seront consacrées à Jules Supervielle.

Il faudra ensuite effectuer la mise en page du livret, imprimer puis relier avant de l’envoyer concourir au prix de la jeune poésie. Et cela doit être fait pour les vacances de Février.

images-446-6ebd1

(…) Encore frissonnant
Sous la peau des ténèbres
Tous les matins je dois

Recomposer un homme
Avec tout ce mélange
De mes jours précédents
Et le peu qui me reste
De mes jours à venir.
Me voici tout entier,
Je vais vers la fenêtre.
Lumière de ce jour,
Je viens du fond des temps,
Respecte avec douceur
Mes minutes obscures,
Épargne encore un peu
Ce que j’ai de nocturne,
D’étoilé en dedans
Et de prêt à mourir
Sous le soleil montant
Qui ne sait que grandir. 
Jules Supervielle.

Les élèves:

 

Encore frissonnant

Sous la peau des ténèbres

Se réveillent en moi

Des souvenirs sournois.

Et je me souviens

Des beaux paysages

Que je pouvais observer

À cet endroit l’été dernier

Et de l’orchidée je revois

le minois.

 

Suzane, 6ème.

 

 

Mon cœur 

Encore frissonnant

Sous la peau des ténèbres

Accueille en lui bonheur

Et à la fois tristesse.

La morosité me désempare

Douce comme une caresse

Prenant le contrôle de mon âme.

L’espoir arrive accompagné du mélodrame.

 Sa musique mélancolique

Qui emplit le regard

Donne aux mots un sens.

Nostalgie du moment

Les larmes dévalant

Les joues et la vie continue

Riant des sentiments.

Kimi, 3ème.

 

 

 

Encore frissonnant

Sous la peau des ténèbres

Les lumières dansantes

Prenant place dans le ciel

Deux cœurs enlacés

Au secret d’une nuit glacée

prennent peur

Et s’enfuient dans le petit jour.

 

Héloïse, 3ème

 

 

Encore frissonnant

Sous la peau des ténèbres

Le mal évolue

Comme un arbre immortel

Et grandit de la mort des vivants

Qui deviennent eux-mêmes avec le temps

Des fantômes méprisants.

Emma, 6ème.

 

 

Dans ces bois obscurs

Encore frissonnant

Sous la peau des ténèbres

À jamais je vois

La beauté pure d’un paysage

Dont le vert a mangé le temps.

Je me réveille au soleil usé

D’un monde révoltant.

 

Clémence, 3ème.

Encore frissonnant 

Sous la peau des ténèbres

Elle lance des cris déchirants.

C’est la mort qui enterre

Des gens encore vivants

Dans un cimetière de pierre

Du marchand à la chocolatière!

Elle les tue jusqu’au dernier!

On l’a vue cachée dans un terrier

Endormie sur l’oreiller du printemps!

Fanette, 6ème.

 

Encore frissonnant

Sous la peau des ténèbres

Le cœur hésitant

Dans les bras obscurs

La silhouette avance

Sans se débattre

Comme vide

pas à pas

Puis près de la torpeur nocturne

Elle continue

Même tombée

À toujours se relever

La lisière dépassée

Le regard dans le vague

Peu à peu se ranime

la surplombant

La lumière contraste

Ici

Sous la lune.

 

Kimi, 3ème.

 

 

Je me réveille encore une fois

Dans mon monde à moi

Encore frissonnant 

sous la peau des ténèbres.

Je m’invente un rêve

Tout en noir et blanc

J’attends le soleil levant

Qui dessine durablement

Le contour de mes lèvres

Sur le papier de l’instant.

Jade, 6ème