Ecrire d’après un tableau en 6ème…

Tout d’abord un grand merci à Stéphanie huguenot dont j’ai découvert les oeuvres cet été et qui m’a permis d’utiliser ses tableaux pour inciter mes élèves de 6ème à l’écriture…ils correspondent parfaitement au travail que je voulais mener avec les plus jeunes…Je vais utiliser 3 de ses oeuvres. Voici la première:

img_3839-e1458490167615

J’ai d’abord demandé aux enfants d’écrire un texte poétique sans autre forme de consignes…Et le résultat a été celui auquel je m’attendais: le premier réflexe d’un enfant face à un visuel est de décrire, ce qui évidemment réduit considérablement toute possibilité d’expression poétique. Dans un second temps, je leur ai demandé de dresser dans la marge une liste de mots qui leur venait à l’esprit quand ils regardaient le tableau. Second constat: la liste de mots est uniquement composée de noms communs et d’adjectifs (le verbe ne leur apparaît pas comme étant un « mot »)…Je leur ai demandé ensuite d’associer ces mots deux par deux (Ô la perfide qui savait très bien que le mot « feuille » serait associé à l’adjectif « vert » et qui s’en amusait à l’avance!!!)…Je leur ai demandé ensuite d’associer les mots de manière inhabituelle et surprenante (parce que ce soit dit ici la feuille ne sera jamais verte ni la mer bleue!)…La dernière étape: Expurger de leur texte toutes les choses inutiles: conjonctions, passés-simples etc…Et surtout rendre au poème son espace sur la feuille ( l’enfant jeune ignore que le poème est aussi et surtout un espace) Et voilà comment des textes purement descriptifs et un peu lourds deviennent doucement poèmes:

La femme-sang

Echouée sur un rocher rose

N’entends plus le cri des enfants

Qui fait des ronds dans les feuilles

Et retombe aux pieds

De la barque-fumée

En nuages violets

 

 

La femme sans nom

Traverse le pont aux marrons

Pour rentrer dans le bâtiment rouge

Tenant dans sa main un couteau blanc

Qu’elle essuie machinalement

Avec une feuille bleue

Sous les cris de trois inconnus

Qui ne la revirent plus

Qu’échouée sur un rocher

Aussi noir que rond

 

On va y arriver…Je poursuis le travail en demi-groupe jusqu’à la Toussaint…

 

 

 

D’autres poèmes sur Gilgamesh…

Les élèves de l’atelier poésie continueront à travailler sur l’épopée de Gilgamesh encore deux ou trois semaines avant de s’attaquer à L’Odyssée…Je leur ai promis de publier ici leurs poèmes au fur et à mesure…

Taureau céleste

Dénué de grâce et de mouvements lestes

Devient jouet d’une déesse

Son corps robuste fait pour le combat

Ne survivra malheureusement pas

À la démesure d’un homme courtisé

Et à son épée aiguisée

L’odieuse princesse

Vaincue avec hardiesse

Se verra rongée par la haine

Les membres mutilés

Du taureau achevé

Se verront déposés

Aux pieds d’un Dieu écoeuré

 

Jade, 3ème

 

 

C’est parce qu’il n’y eut ni vainqueur

Ni vaincu

Pas plus Gilgamesh

Qu’Enkidu

Ensemble imparables

Devenus inséparables

Qu’ils furent l’un à l’autre arrachés

Alors commença la grande épopée

Vers la fleur d’immortalité

Quand Enkidu le foudroya encore une fois

Le serpent goba ses chances

De demeurer ici-bas..

Benjamin, 4ème

 

 

Anu, le taureau céleste

Sortit de sa sieste

Lorsque la déesse Ishtar

Se mit en pétard

Elle envoya le taureau

Pour la couper de ses maux

Mais Gilgamesh et Enkidu

En vinrent finalement à bout

Ils sauvèrent ainsi Uruk de la destruction

Ce fut hélas la damnation

Quand Enkidu jeta un membre du taureau

Au visage de la déesse en sanglots

Kimi, 4ème

 

 

À chercher la belle fleur

Il s’arracha le coeur

Comme une hirondelle

Perdant ses belles ailes

L’hydre les lui arracha

Jamais il ne les retrouva

Subissant le martyre

Obligé de repartir

Toujours il s’en voulut

Toujours il pleura Enkidu

Benjamin, 4ème

 

 

La vie que renferme

Le lotus sacré

N’a plus que pour destinée

D’être arraché à ses terres

Plante de jouvence

Plante d’espérance

Son pistil enchanté

Se dresse avec insolence

Face à l’éternité

Jade, 3ème

 

Poème à quatre mains: Kimi et Benjamin:

 

Moi Enkidu

L’homme aux yeux doux

Les dieux m’ont créé

pour rétablir la pureté

Je me suis battu

Et je les ai déçus

Gilgamesh devint

Ma seconde main

Après plusieurs affronts

Ils me refusèrent leur pardon

Ils envoyèrent la maladie

Me prendre la vie

Mon ami en fut attristé

Et ne put que pleurer

 

 

 

Les brigades d’intervention poétique

Un acteur et une actrice viennent quatre fois en une semaine, dans les cinq mêmes classes, sans que les élèves ne soient prévenus. Chaque fois, ils jouent 4 poèmes différents et laissent les poèmes sous enveloppe à la classe avant de la quitter.
Un échange a lieu dans chaque classe à la fin du quatrième passage. Les poèmes interprétés peuvent répondre à une demande des enseignants (thématique, époque…)…

PIQUER LA CURIOSITÉ
« Il s’agit de faire confiance à l’enfant et au poème, de rechercher simplicité et proximité, d’instaurer un rapport vivant et sans préjugé avec la langue toujours déconcertante du poème », explique le poète Jean Pierre Siméon, à l’origine de cette idée. L’opération joue sur l’inattendu pour piquer la curiosité des élèves, sur ce registre si particulier qu’est la poésie.

Je fais appel à eux tous les deux ans et je fais suivre les moments d’interventions d’un atelier d’écriture avec l’un des artistes. C’est vraiment enrichissant pour les élèves.

Les parodies du monologue de Don Diègue en quatrième…

Pour la deuxième année consécutive, je travaille le Cid de Corneille dès le début de l’année en quatrième avec toujours la même crainte que ce texte difficile( je n’avais pas aimé à leur âge!) ne les rebute…Cela a avait très bien marché l’année passée mais j’avais une très bonne classe…Il semblerait que cela fonctionne bien cette année encore et j’avoue que si j’ai réussi à faire aimer cette pièce aux élèves, ils ne se doutent pas combien la réciproque est vraie!

Après avoir étudié le monologue de Don Diègue, les élèves Lire la suite

Le Petit Robert fête ses cinquante ans…

couv_edition01_md

UNE ÉDITION CINQUANTENAIRE EXCEPTIONNELLE

Pour ses 50 ans, Le Petit Robert s’illumine de 22 œuvres originales de l’artiste Fabienne Verdier.

22 tableaux originaux de Fabienne Verdier commentés par Alain Rey

 

  • Une préface d’Alain Rey sur l’histoire du Petit Robert et l’édition anniversaire
  • Un cahier de 8 pages sur l’échange artistique et littéraire entre le lexicographe et l’artiste
  • Une nouvelle édition avec de nombreux mots et sens nouveaux, de nouvelles expressions, locutions et citations littéraires
  • Et toujours, une description inégalée de la langue française :300 000 mots et sens, 35 000 citations littéraires, 150 000 synonymes et contraires, 75 000 étymologies

Lire la suite

Les cahiers de vie des sixièmes…

J’avais déjà parlé des cahiers de vie que je demandais en 6ème…Cahiers d’écriture libre qui doivent faire émerger l’intention d’écrire bien plus que la technicité de l’écrit. Mon écriture n’y figurera d’ailleurs jamais et c’est indépendant du classeur de cours…Ils les ont amenés ce matin, décorés à leur image comme je le leur avais demandé…Un petit échantillon:

Certains avaient déjà écrit dedans pour y coucher leurs impressions de rentrée et c’est ce que j’espérais secrètement!

 

Dominique Cosa d’Hers …Ses techniques de travail.

Interviewée par Isa, Dominique Cosa D’Hers, artiste peintre, partage le secret de ses techniques de travail. C’est à l’Espace Niel, 81 rue Saint Roch, Toulouse, lors de l’exposition « Regards Croisés » organisée par l’association d’artistes plasticiens Mona Lisa au mois de mai 2012.

les hameçons dyslexiques

Poèmes d’élèves:

dyslexiques 1dyslexiques2dyslexiques3dyslexiques4dyslexiques5dyslexiques6