L’EPOQUE 2019/29 – « USAGE DE LA COMPLETUDE »

Voici USAGE DE LA COMPLETUDE, le vingt-neuvième de cette nouvelle Epoque 2019 avec le peintre Niala.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

 

P1050873

 

 

USAGE DE LA COMPLETUDE

Acrylique s/toile 55×46
Niala

 Prendre notre billet pour ailleurs

 fut de nous marier en poésie un jour de mousse

 où les insectes montaient droit dans l’été

 et l’eau qui est fille rousse

 se fit le témoin effronté de nos verts serments

 qui s’échangeaient du vivant au vivant

 La fausse ingénue déroulait sa calligraphie du bonheur

 dans les vasques de silence de nos épaules nues

 et toujours nous demeurerions ponctuels à sa goulée d’absolu

 Elle a fait de nos vallées des navires de roches précipitées

 roses pareilles aux aisselles du printemps

 multiplié les soleils sur le halètement joyeux des racines

 incliné sa tête pour qu’à la poche de tous nos voyages on devine

 ce lâcher d’oiseaux éternels entre les mains d’un temps

à qui on dit oui

 

 

Barbara Auzou.

 

 

L’EPOQUE 2019/28 – « LE RUISSEAU »

Voici LE RUISSEAU  le vingt-huitième de cette nouvelle Epoque 2019 avec le peintre Niala.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050866

L’EPOQUE 2019/28 – LE RUISSEAU

Acrylique s/toile 46×38
Niala

Toute la vie s’écoule au-dehors de ce coeur battu

qui nous incombe

Et pour la fraîcheur et pour tes courbes tues

nous demeurons les migrateurs des tempêtes

et les gardiens du ruisseau au galet

plat de nos vies enchaînées

On a rassemblé nos saules sous la coulée heureuse et imprévue

où tombent tous les cris des silences maritimes

On a donné au navire où embarquer l’éternité

nos noms intimes faits de sable et d’espérance

Comme moi tu sais que la mer a bien trop de mémoire

pour pardonner les mains oublieuses et résignées

du vouloir ébloui et têtu de l’enfance

 

 

 

Barbara Auzou

L’EPOQUE 2019/27 – « LUNDI DE PENTE CÔTE »

Nous sommes le Lundi 10 Juin 2019, c’est Pentecôte. Niala peint et écrit le 27 ème tout seul. Il fait froid et sale. Le vent a brisé la couleur verticale. Le jardin déplacé de sa racine boîte. Quelque idée funeste se serait glissée à contre sens dans le calice.

L’oiseau rentre dans l’eau jusqu’à la ceinture . Il soulève les pierres non-à-construire en tue les serpents, arrache les algues au rythme du détournement auquel elles s’évertuent de conduire, prend le tamis et passe le sable jusqu’à voir le chenal ressortir de la vase.

Jaillissant la concrétion montre sa marque de naissance. Baie d’Haïphong les grottes ont la chauve-souris prête à tisser le fil solaire. Les jonques tendent la grande voile rouge, sur le pont le coquillage est comestible. La joie marguerite. (Niala)

 

 

Mardi 11 Juin 2019

Des langues de brume qui courent sur le flot la voix de Barbara chante la mise à jour de L’Epoque. (Niala)

 

P1050865

 

 

 

Regarde

Sur la pente douce du congé la mort repoussée avec son cri

Et tous ses beaux naufrages

Et la vie têtue concentrée vers les tempes

Ne pleure plus

Viens pieds nus et à la nage

Toi qui a toujours dans la larme bleue

De ton œil marron cet entre-deux tremblant

Au bord de comprendre ce que personne ne comprend

Et sur la langue un seul oiseau nichant

Comme le souffle

Regarde encore

C’est sur la rampe de ton sein en son insensé abandon

Que s’érige le sommeil de tous les ports

 

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2019/26: « UN MOINEAU DANS LE POING »

Voici UN MOINEAU DANS LE POING  le vingt-sixième de cette nouvelle Epoque 2019 avec le peintre Niala.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050862

Un Moineau dans le poing

Niala/ 2019

Acrylique s/toile 46×38

 

 

Depuis longtemps déjà

nous avions convenu de bâtir

un monde clair sur la beauté du geste

et dans notre lit aux draps défaits

s’étirait tiède la tendresse

du lin et du chaume réunis

que l’arche parfaite de nos jambes

avait bâtie

Tu avais des globes blancs dans tes mains lestes

J’avais un moineau dans mon poing sans adresse

et ce fut bonheur que de remettre la vie d’aplomb

de creuser le nid à petits coups de talons

à grands coups de reins

On a dévêtu la nuit

On a revêtu les matins

L’usage des robes n’était plus de mise au jardin

Et parce qu’il est des lieux où s’accomplit d’emblée

et avec sérieux la culture du sacré

l’âme des petits à nos pieds a pris ce tour câlin

de ceux que la vérité a caressés

 

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2019/25: « PRENDRE JOUR »

Voici  PRENDRE JOUR  le vingt-cinquième de cette nouvelle Epoque 2019 avec le peintre Niala.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050857 (1)

Prendre Jour / Niala 2019

Acrylique sur toile.

46×38

 

 

À genoux sans nul apprêt

 face à la fragilité de tout

 face à la part d’insaisissable

 et au grondement lourd

 des choses dans le temps,

 sans nulle feinte

nous aurons laissé

inviolé le sanctuaire des craintes.

 Tu disais : que vaut la vie

 sinon l’étreinte du corps choisi

 et sa plainte sans âge

dans la bouche du savoir?

Le coeur pourtant élevé trop haut

 un soir a failli

battu au lavoir

 d’un printemps sévère

 pour revenir à la nage

 et dans l’haleine marine

 d’une fleur testamentaire

 allant vers toujours plus d’eau

allant vers toujours plus d’amour.

 Au bec de l’oiseau picorant l’ultime autel

 du roseau hospitalier,

ce seul message laissé au ciel:

 

 Prendre Jour.

 

 

 Barbara Auzou

L’EPOQUE 2019/24: « S’ECRIRE… »S’ECRIE-T-ELLE.

Voici  le vingt-quatrième de cette nouvelle Epoque 2019 avec le peintre Niala.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050856

Niala – 05-05-19

Acrylyque s/toile 100×73

Collection privée.

 

Un jour vous saurez

Ce bonheur venu d’un seul coup

Comme un froissement d’oiseau

Manger à ma blessure

Vous saurez l’amour creusé jusqu’à l’eau

Sur la douceur déçue

Et sur la raison des lèvres

L’érosion de l’injure

Je vous dirai l’enfant dans l’irritation

De poussière partie sur le chemin de l’intention

Accomplir ce meurtre d’elle

Sauvage et simple comme une naissance

Au cœur de la marguerite rebelle

Puisse l’orange douce de vos yeux

Voir un jour l’éclosion

Du rêve imprudent et nécessaire

Comme l’est tout rêve d’enfant

Et le train de l’écrit passé par mon corps de mère

Vers une seule gare demeurer

Votre solaire événement

 

 

Barbara Auzou. 

Pour accompagner les « Autan-Occitan » dans leur exposition…

Parmi les 46 tableaux ( sur 52) de Niala appartenant à L’Époque 2018 et à l’Époque 2019 qui seront exposés au couvent des Recollets à Cognac du 15 au 27 Avril figure la série « Autan Occitan » peinte (par lui) et écrite (par moi) en juillet 2018…

Un petit retour en chanson occitane…

L’EPOQUE 2019/22: LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER. (pour vous remercier)

 

Je n’aime pas les anniversaires de blog, encore moins les nominations à quoi que ce soit et pourtant ce soir je vous remercie tous de l’intérêt que vous portez à cette union là qui se verra bientôt récompensée par une publication aux éditions Traversées …

 

Voici  le vingt- deuxième de cette nouvelle Epoque 2019 avec le peintre Niala.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050848

L’EPOQUE 2019/ 22
« LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER »
Niala
Acrylique s/toile 46×38
Encadré 500,00 €

Écoute

Depuis le coquillage doux des ans

La feuille d’or du masque retomber

Sur les coloquintes trébuchants

De nos plages préférées

Elle est la perpétuelle résurgence

Des sources sur le vert paradis de l’enfance

 

 

Vois

Comme la peau toujours à l’anse

Reste aisée aux mêmes endroits

Encore creusée par le reflux de l’apaisement

Imprégnée du sel constant des chambres nues.

 

On a rendu les roseaux et les joncs aux îles émues

Élevé patiemment à nos veines fébriles

Les petits chiens fous de ta poitrine

Offerts ronds aux canines fraîches

De nos étés et pour longtemps

 

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2019/23: LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER.

Voici  le vingt-troisième de cette nouvelle Epoque 2019 avec le peintre Niala.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

23
L’EPOQUE 2019/ 23
>
« LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER »
Niala
Acrylique s/toile 35×27
Encadré 300,00 €

L’aube a déchiré le rideau rouge de ses fuseaux

Avec la complicité des arbres les oiseaux

Sont partis à l’attaque du blanc pour le havre et pour la robe

Pour signer au marbre l’être-ensemble de l’oeuvre

Rendre au destin le soleil de ton ventre

Et la fontaine de tes seins à ses arpèges

 

Mordue par la vastitude de ses errances

La beauté s’endort dans un sourire

À la clairière de nos gestes et sa constance

À poser sa tête sur nos genoux 

Là où l’on caresse le cheveu à sa naissance

Déroule la tendre preuve le pari fou

De cet amour sylvestre adulte et vierge

Dont elle est à la fois l’image et le désir

 

 

Barbara Auzou