Gioielli Rubati 115: Alfonsina Caterino – Nadia Alberici – Maria Allo – Biagina Danieli – Barbara Auzou – Antonio Del Camino Gil – Vernalda di Tanna – Daniela Cerrato.

Grazie anche a te Flavio.
Quale viaggio per la poesia?
La poesia è un atto di resistenza, un fiore cresciuto sulle maciere del mondo….
BARBARA

almerighi

tra le pieghe sillaba accadimenti
che sperdono contrasti
accaduti sotto gli occhi
crocevia delle mine
disperse sui volti dei morti prima
di infrangersi silenzio e divenire spazio
·
E’ la distanza che succhia luce alla purezza
gioco metafisico dipinto da Dio di passaggio
nel tempo
per rinvenire le parole
scattando gli universi avanti
alle lancette
·
Nell’impronta il principio è calco
e la purezza respiro che rientra
sottolingua, un uomo violato
dal finale
dal sangue espulso cintura
da riscrivere al buio …
·
… LA PUREZZA E’ VOCE LONTANA
di Alfonsina Caterino, qui:
https://www.facebook.com/titti.barbato.3

*

Comete

Sono tua madre
Tengo i fili sottili dei tuoi capelli
Le mani li pettinano
E amano il liscio scorrere della seta

Voi due lontani ma non importa

Ho ereditato muti abbracci
da palmi larghi e callosi
E cerotti da tutte le mie cadute

Ogni segno mi tiene stretta
agli argini dei volti che mi…

Voir l’article original 585 mots de plus

Les portes dérobées

J’allumais des feux en prévision des jours neutres

un verbe animal dans le rêve buccal d’un mieux

j’ouvrais aux hanches écartelées dans l’immédiat

des portes dérobées pour jouir de l’exaltation mystique du moi

comme la paréidolie d’un manque et chacun de mes réveils

en entamait un autre avant que la passante inespérée

vienne avec moi jouer au vent dans l’oblation de l’aube

 

Barbara Auzou.

Yamore/ Salif Keita et Cesaria Evora

Yamore

Ye namo kofue nerum silê don kile le, ina kola ahaha
Rile enela munuku mo sô
Nienama kofiye, soro falê é mo sonho mana osi koté
Nanana nekona, dê I lêlê fon

Je t’aime mi amoré menebêff fie Nê comf fop ach ari
Ene le arabylyla to much Xurin né bi feu J t’aim

Un tem fé, si un tem fê
No também viver sem medo e confians
Num era mais bisonho
Olhar de nos criança ta a tornar brilhar de inocença
E na mente CE esvitayada
Temporal talvez ta mainar

Na brandura y calmaria
Nosso amor ta vins cansando
De ser luta e resitencia
Pa sobreviver nas tormenta
Na brandura y calmaria
Nosso amor ta vins cansando
De ser luta e resitencia
Pa sobreviver nas tormenta

Je t’aime mi amoré menebêff fie Boi nhat zefiu, ermãos
Ene le arabylyla to much Boi etud nhiafieu, la paz

Xeritava pá, beru kuyê mobiliko yoi nhÊ
Ahaha rilê ene La munuku mo sô
In deburu ieu kordaine
Sank é noite a namo a cantor

Ê enela mulnuku mo sol
Yo sakenem mo sol

Un tem fé, si un tem fê
No também viver sem medo e confians
Num era mais bisonho
Olhar de nos criança ta a tornar brilhar de inocença
E na mente CE esvitayada
Temporal talvez ta mainar

Je t’aime,mon amour

Je te le dis

Que je suis éperdument amoureux de toi 

J’ai quelque chose à te dire

Si je ne te le dis pas, je ne pourrai pas vivre en paix

Je devrai te dire tout l’amour que j’ai pour toi

Je passe toutes les nuits à chanter des mélodies sur toi

Ahah..Car tu es ma belle femme

Je parle de mes plus purs sentiments à ton égard

Et non pas à un quelconque appel sexuel

Non, non, non

Même affamé tu restes l’unique chose dont j’ai besoin 

Je t’aime,mon amour

Je te le dis

Que je suis éperdument amoureux de toi

Ne t’en vas pas, chérie

Je t’aime , mon amourJe te le dis

Que je suis éperdument amoureux de toi

Chérie, je t’aime

 Cesária Évora

J’ai la foi, oui j’ai la foi

Un jour nous vivrons ensemble sans crainte et confiants

Nous serons plus souriant

Le regard de nos enfants brillera à nouveau empli d’innocence entre les guirlandes

Peut être que la tempête se transformera en douceur et calme

Et enfin que notre amour puisse se reposer par tant de luttes

———————————————

CONTE POUR ADULTES 1

parce que je n’ai rien lu de plus sensé sur ce drame survenu hier soir…
merci à Niala

Niala-Loisobleu

CONTE POUR ADULTES 1

L’histoire plaquée or d’à-côtés fout les foies décapitée qu’elle est de vérité. Emmanuel sautant sur son ressort à rebondir en toute occasion, sprinte en ban lieu. Et fait le signe de se croire être le seul au pied du caniveau où la tête trempe dans son propre sang.

Buis, buis, buis, dit la pix-voleuse en hochant de son sourire robotique.

 » Ils ne passeront pas »

Le maux historique est lâché.

Dehors les bateaux de migrants déversent de quoi mettre un terme plus convaincant au discours. Et ma foi il va lui en falloir du poids. Plus de dix ans qu’on doit arrêter l’extrémisme et on ne fait que l’arroser de mots. DES ACTES pas un truc de citrouille qui en dore la belle. Et pas du genre « on va enseigner l’arabe. La langue n’a pas a servir de mauvaise cause. Les professeurs ont des matières à…

Voir l’article original 63 mots de plus

Une soif de réel / André Velter

le soleil sur la peau sèche les secrets

corps à corps

du sable

et des songes

il est un éclat de l’être

l’éveil

à vif

du présent

où le sel cristallise l’océan

où les pierres témoignent du feu

où le désir

rejoint

son haleine d’os

ainsi naît une force sans ombre

car la nuit dilapide toute idée de la nuit

ce qui vient est plus qu’un appel

à vivre en terrain découvert

La ville la nuit et toi / Nazim Hikmet

Vous êtes toutes nues dans mes bras
la ville, la nuit et toi
votre clarté illumine mon visage
et puis le parfum de vos cheveux.
À qui ce cœur qui bat
au-dessus du murmure de nos souffles palpitants
est-ce ta voix, celle de la ville, celle de la nuit
ou bien la mienne?
Où finit la nuit, où commence la ville
Où finit la ville, où commences-tu toi
où est ma fin, où est mon commencement?

 

in II neige dans la nuit / Traduction du turc par Munevver Andac