Ma très simple / Reprise 2020

47748488

Depuis que nous luttons contre l’apparence

Ma très simple

Et que nous creusons le rêve jusqu’à sa source

Davantage de lumière entre dans la maison

Et y couche partout son empreinte.

On a battu les horizons d’innombrables cerfs-volants

Et fait notre lit en amont de sa course- en plus de la vie.

Ma très simple pourtant qu’il te soit dit pour toute étreinte

Que l’immobile secousse qui me trahit

Quand de ta robe tu promènes l’imperturbable transparence

N’est que distraction feinte

Et qu’elle fait sourire la pierre sous la mousse.

 

Barbara Auzou.

Barbara chante Brel / Il nous faut regarder

Derrière la saleté s’étalant devant nous
Derrière les yeux plissés et les visages mous
Au delà de ces mains ouvertes ou fermées
Qui se tendent en vain ou qui sont poing levé
Plus loin que les frontières qui sont de barbelés
Plus loin que la misère il nous faut regarder

Il nous faut regarder ce qu’il y a de beau
Le ciel gris ou bleuté, les filles au bord de l’eau
L’ami qu’on sait fidèle, le soleil de demain
Le vol d’une hirondelle, le bateau qui revient
L’ami qu’on sait fidèle, le soleil de demain
Le vol d’une hirondelle, le bateau qui revient

Par delà le concert des sanglots et des pleurs
Et des cris de colère des hommes qui ont peur
Par delà le vacarme des rues et des chantiers
Des sirènes d’alarme, des jurons de charretier
Plus fort que les enfants qui racontent les guerres
Et plus fort que les grands qui nous les ont fait faire

Il nous faut écouter l’oiseau au fond des bois
Le murmure de l’été le sang qui monte en soi
La berceuse des mères, la prière enfants
Et le bruit de la terre qui s’endort doucement
La berceuse des mères, la prière des enfants
Et le bruit de la terre qui s’endort doucement

Il nous faut écouter

Il nous faut regarder

Inlassables danseuses d’aube / Reprise 2020

inlassables danseuses d'aube

Les nuages vident leurs sacs

dans un silence d’avant-tempête

semant en vrac leurs inlassables

danseuses d’aube et moi

je fais tourner les eaux jusqu’à

mon épaule pour qu’elles me parlent

des entrailles terrestres et des oiseaux

je tremble encore à l’idée d’une chose

bien rare et très choisie qui pourrait

témoigner de mon existence loyale

au coeur rose d’un ciel déserté

 

Barbara Auzou.

Marin / Luis Chaves

Luis Chaves, est un poète costaricien, considéré comme l’une des figures de proue de la poésie costaricaine contemporaine

Ce qui est bien avec la mer c’est

quand personne ne se noie.

C’est arrivé hier mais

je le raconte aujourd’hui

pendant qu’elles

écrivent un nom

sur le sable

avec un bâton venu

flottant entre sacs plastiques

feuilles et noix de coco. 

Elles écrivent aujourd’hui

ce que j’ai raconté hier

la monotonie a un brouillon

que nous appelons vagues.

Les voici qui te font

des chatouilles aux pieds

et ensuite elles s’en vont.

Les voici qui effacent

les pieds ou ce qu’elles atteignent.

Ce que la mer touche

lui appartient.