Gisèle Halimi/ L’inflexion des voix chères qui se sont tues (1927-2020)

La seule chose que j’aimerais dire d’elle, le reste sera rebattu, c’est que j’ai eu l’occasion de la rencontrer deux fois et que j’ai pu échanger avec elle surtout à l’occasion de la sortie de Fritna, ouvrage sur sa mère, je me souviens aussi comme la Mitterandphile  que j’étais avait vacillé quand elle évoquait les années à ses côtés…  Je me souviens qu’elle me tenait la main quand elle m’avait parlé…

Au revoir Madame….

Ci-dessous une vidéo réalisée par une de mes élèves il y a trois ans…

La compagnie/ Alain Souchon

 

Dehors, la lune à son balcon nous regardait
Beaune, Auxerre, Mâcon, Avallon passaient
Wagons lancés, lits balancés
Nous étions les amants enlacés
La petite lampe jaune envoyait ses dorures
On traversait le Rhône à toute allure
Wagons lancés, lits balancés
Nous étions les amants enlacés
On se serrait, serrait, on serrait l’amour
Comme si on avait peur que ça finisse un jour
Wagons lancés, lits balancés
Que ça finisse, les amants enlacés
Il suffisait d’un garçon, d’une fille
En un rien de temps on était à Vintimille
Mais c’est fini, ta Compagnie
Ça nous a fait du mal mais c’est fini
C’est fini, la Compagnie Internationale des Wagons-Lits
C’est fini, le gentil boogie-woogie coquin
Les baisers en gare, arrêtés pour l’entretien
C’est fini, les grands express européens
Et ton cœur brûlant le mien
Dans la nuit, les éclairs bleus de locomotives
Mettaient l’électricité que l’amour active
Wagons lancés, lits balancés
Nous étions les amants enlacés
Sept heures, pain beurre, jolie porcelaine
Longeant les splendeurs de la côte italienne
Air embaumé, Méditerranée
Transports amoureux surannés
On traversait des villages, on longeait des plages
Et par le jeu compliqué des aiguillages
Après l’Ombrie, voici Napoli
Et puis Capri, et Capri, c’est fini
C’est fini ta compagnie
Ça nous a fait du mal, mais c’est fini
C’est fini, la Compagnie Internationale des Wagons-Lits
C’est fini, le gentil boogie-woogie coquin
Les baisers en gare, arrêtés pour l’entretien
C’est fini, les grands express européens
Et ton cœur brûlant le mien
C’est fini, la Compagnie Internationale des Wagons-Lits
Et des grands Express européens
Et ton cœur brûlant le mien

Scandale : à propos de la cagnotte Leetchi Pour aider une famille turque à rejoindre la Turquie

Scandale de la cagnotte Leetchi…
Là où les plus nobles intentions sont dans les mains de malfrats….
Je vous soutiens Pierrick et Claire…

Pierre Carrée

Ce message s’adresse à tous ceux qui ont la grande gentillesse de participer à la cagnotte Leetchi pour aider la famille d’une de mes élèves qui s’était retrouvée sans domicile et sans aucune ressource. Pour rappel, nous avons hébergé cette élève, sa soeur et sa maman pendant plusieurs semaines, et nous leur avons fourni de quoi vivre, aidés par des amis, de la famille et des collègues.

Lorsqu’elles ont décidé de repartir en Turquie, leur demande d’asile ayant été refusée, nous avons organisé une cagnotte pour qu’elles repartent avec de l’argent : de quoi acheter le billet, de quoi vivre. La cagnotte était ainsi annoncée :

Capture d’écran 2020-07-22 à 16.23.30

Ma cagnotte a été validée, ainsi annoncée. Mon identité aussi. Tout semblait « normal ».

Mon élève, sa maman et sa soeur sont reparties en Turquie. C’était dur.

Elles sont en Turquie et cet argent leur a servi à se loger, à se nourrir, et à…

Voir l’article original 469 mots de plus

Tant de nuits/ Bashung

 

Mon ange je t’ai haï
Je t’ai laissé aimer d’autres que moi
Un peu plus loin qu’ici
Mon ange je t’ai trahi
Tant de nuits alité
Que mon coeur a cessé
De me donner la vie
Si loin de moi…
Des armées insolites,
Et des ombres équivoques,
Des fils dont on se moque,
Et des femmes que l’on quitte
Des tristesses surannées
Des malheurs qu’on oublie
Des ongles un peu noircis
Mon ange je t’ai puni
à tant me sacrifier
Icône idolâtrée
Immondices à la nuit
Mon ange je t’ai haï
Je t’ai laissé tuer
Nos jeunesses ébauchées
Le reste de nos vies
Si loin de moi…
Mes armées insolites
Et des ombres équivoques
Des fils dont on se moque,
Et des femmes que l’on quitte
Des tristesses surannées
Des malheurs qu’on oublie
Des ongles un peu noircis
Mon ange je t’ai Haï
Mon ange je t’ai puni
à tant me sacrifier
Icône idolâtrée
Immondices à la nuit
Mon ange je t’ai haï
Je t’ai laissé tuer
Nos jeunesses ébauchées
Le reste de nos vies
Si loin de moi…
Mes armées insolites
Et des ombres équivoques
Des fils dont on se moque,
Et des femmes que l’on quitte
Des tristesses surannées
Des malheurs qu’on oublie
Des ongles un peu noircis
Mon ange je t’ai Haï