Marée haute / une sculpture de Francine Hamelin accompagnée de mon poème et de ma voix

L’envolée mandarine, fruit de notre collaboration paraîtra à la fin du mois d’octobre chez 5Sens Editions

Marée haute / une sculpture de Francine Hamelin

Et Francine Hamelin c’est ici :

Ne laisse pas sur les rochers lents et instables

se répandre l’ivresse triste aux relents de myrte

quand la mer est blessée à mort elle suscite

des sommets de sable circonstanciels

que plus rien ne surprend

sous la pièce montée d’un ciel que tout enivre

demeure l’énigme impromptue que l’aube renouvelle

sous l’œil vigilant de la matière

demeure la joie tue 

d’un lieu gonflé de nuits immatérielles

où coule un filet d’eau claire

en préambule

et avec le sel garde seuls les bateaux 

et seule l’étreinte

contre les sommeils sans images

je t’inventerai de grands genoux de lumière

où rêver sans crainte

tes gestes pour longtemps entre la nage 

et le vol

auront des rumeurs d’oiseaux et de vent

et les mains enfiévrées 

d’une musculeuse marée

Barbara Auzou

Je suis l’envol / Une sculpture de Francine Hamelin accompagnée de mon poème et de ma voix

L’Envolée mandarine, fruit de notre collaboration , paraîtra aux éditions 5sens en octobre.

Je suis l’envol / Une sculpture de Francine Hamelin

Et Francine Hamelin c’est ici


je me suis faite caravelle vive

aux ailes déployées

je me suis parée

j’ai jeté mon nom et son alphabet meurtri

dans une étoile

ma contribution ivre et maladroite

à la frange de la beauté

et j’ai tremblé

j’ai tremblé parce qu’elle était belle

comme une émeute à huis clos

qui ne survivrait pas à l’impatience d’une étreinte

j’ai livré aux saisons mes mains échevelées 

leurs voiles sont devenues papillons sans plainte

arcs tendus de l’âme encore

dans la seule part féminine des vents

que le soleil forçait d’une discrète déchirure

mon corps s’est cogné en famine

a bu à toutes les amplitudes horaires

la vague inapaisée du temps

et dans cette sphère pleine 

embroussaillée d’oiseaux 

et de fleurs adolescentes

j’ai su alors ce que voler voulait dire

Barbara Auzou

Origines / Une sculpture de Francine Hamelin accompagnée de mon poème et de ma voix

L’Envolée mandarine, fruit de notre collaboration , paraîtra aux éditions 5sens en octobre.

Origines / Une sculpture de Francine Hamelin

Et Francine Hamelin c’est ici

nous entrons partout

tout est naissance

nos mots sont des lieux

où gonfle notre impuissance

pourtant à orienter le monde

nos mains poursuivent leur ronde

comme une blessure à chaud

contractée dans l’enfance

devant l’ampleur des pistes

et le désordre des pierres

et on a juste le temps 

d’émettre ses signes

de susciter des oiseaux

de battre le tambour hautement profane

de nos peaux

sur les preuves du printemps

que le songe déjà retourne dans sa fleur

après avoir usé la gamme des possibles

et bu tout son lait de science

viens ne faisons pas du temps un bijou forcé

viens avec moi t’asseoir au bord d’une larme

je te dirai comment j’imagine

cette courbure de l’air si gracieuse

qu’elle est devenue notre collier

et l’origine de nos silences

Barbara Auzou

Ondine / Une sculpture de Francine Hamelin accompagnée de mon poème et de ma voix.

L’Envolée mandarine, fruit de notre collaboration , paraîtra aux éditions 5sens en octobre.

Ondine, une sculpture de Francine Hamelin

Et Francine Hamelin c’est ici

je suis de la même manne

que la rosée solitaire

ma pensée calme

comme un drap étiré

m’habille d’une juste distance à vos côtés

et j’ose être simple

même si j’ai soif de toutes les eaux du monde

je m’en remets au plus clair de moi-même

s’arriment à mes chevilles les attaches les plus fines

à l’aube desquelles peut commencer le silence

le vent ingénieux et ses filles 

couchent dans un transport bleu

la peau humide de mes fêtes

 avec le poids de leur équilibre

et toutes leurs rondes

il faut bien croire un peu en l’éternité

pour refaire les choses sans cesse

née du péril de ta main érigée en portique

j’ai franchi un bras de mer

qui me reconstruit avec le sable et la beauté du geste

et j’y reviens

Barbara Auzou

Face à l’horizon / Une sculpture de Francine Hamelin accompagnée de mon poème et de ma voix.

L’envolée mandarine , recueil des 50 premières sculptures- poèmes, paraîtra aux Editions 5 Sens en octobre.

Face à l’horizon / Une sculpture de Francine Hamelin

Et Francine Hamelin c’est ici


j’essaie la vie qui me va

mains de sel dans le sable encore chaud du réel

je fédère des rotations

et si la lucidité est un feu

le lent pays du soir a des yeux 

doux et l’éclat d’une présence

je sais que le plus simple est aussi le plus secret

 qu’il nous faut porter la vie durant 

la responsabilité de ce paradoxe

voici les mystères énoncés tous ensemble

dans une seule vision

l’enfance se repose au travers d’un tablier

dont j’ai agrandi l’échancrure

et si le temps passe c’est en catimini

pour poursuivre son labeur dur

sa grande affaire domestique qui s’agace d’horizons

je te vois là-bas assise sur ton sourire

et tes talons

tu t’ingénies à mettre des astres blonds

dans mes rêveries horizontales

le vent caresse l’alphabet rond

de notre danse sentimentale

que j’écluse tendrement

du bout de mes doigts

Barbara Auzou.

La dame de coeur / Une sculpture de Francine Hamelin accompagnée de mon poème et de ma voix.

L’envolée mandarine , recueil des 50 premières sculptures- poèmes, paraîtra aux Editions 5 Sens en octobre.

La dame de coeur / Une sculpture de Francine Hamelin

Et Francine Hamelin c’est ici

Derrière le store journalier 

au torse bien ingénieux

il y a l’eau ce rien de très bleu

et le tiède secret de mon coeur

pensif comme une fumée

qui se prendrait pour une rose

il y a ce lien miraculeux

entre toute chose

fragile et fort comme un chemin

pavoisé d’oiseaux

dont je suis seule à connaître le poids

et l’arête de la douceur

puis au-dessus de ce jardin gardé

par l’invisible

il y eut toi un matin 

et ce fut finalement l’affaire de peu d’instants

la crue d’une épaule dans un brusque élan

levant un balcon entre la terre et le ciel impassible

il y eut toi comme un tendre assaut

contre l’espace et le temps

comme une écriture ramenée à la peau de son projet

sans chercher à avoir raison 

sans chercher à expliquer

et tu danses sur le territoire intime

que je t’ai confié

goûtant la soleilleuse liberté d’une maison

qui force amoureusement toutes ses portes

Barbara Auzou

Parution à l’automne de L’envolée mandarine / Sculptures de Francine Hamelin & Poèmes de Barbara Auzou.

C’est avec un grand bonheur que je vous annonce la parution prochaine de L’envolée mandarine, recueil de sculptures/ poésie, en collaboration avec Francine Hamelin, aux éditions 5Sens.

Merci à toi Francine.

Merci à Anne-Lise Wittwer qui me réitère sa confiance.

Et merci à Jeanne Champel-Grenier notre généreuse et talentueuse préfacière.

Fleur de sel / Une sculpture de Francine Hamelin accompagnée de mon poème et de ma voix.

Fleur de sel / Une sculpture de Francine Hamelin

Et Francine Hamelin c’est ici

 

parce que l’eau vive

en selle grimpée leste

a repris sa place sur mon visage

parce qu’elle a nourri mes gestes

de tous ses alluvions

parce que j’ai bu la fraîcheur céleste

de cette spiritualité sans dieux

je viendrai l’oiseau d’un instant

sous tes yeux fébriles

poser le sel ému d’un silence

soutiré à la pleine mer

et l’étonnement du vivant 

te lèvera comme un bouquet

de pluies immobiles

alors tu sauras que le pourquoi

de ce long voyage

n’a pas d’autre but que l’ardeur

Barbara Auzou.

L’elfe endormi / Une sculpture de Francine Hamelin accompagnée de mon poème et de ma voix.

L’elfe endormi / Une sculpture de Francine Hamelin

Et Francine Hamelin c’est ici

je pressens le début lent de la lumière 

j’entends les arpèges d’eau 

les yeux tournés vers ce côté 

du monde où chaque rêve d’humanité 

est un chant clair

et chaque amour un oiseau

j’ai vu le vent évaluer les pâles déformations

de sa déraison

puis s’endormir serein sur un talus déserté

de toute défiance

j’ai vu des fleurs pressées comme des bluettes

attendre encore un peu 

pour éprouver la vérité en balance 

des saisons

rétif à toute audience 

qui voudrait m’éteindre au coeur

l’incendie

de mon repos

je viendrai confiant et ouvert 

en temps voulu

vers ceux que l’on rencontre toujours

à l’orée d’un lieu 

à l’orage des yeux

et qui détiennent l’évidence 

de ce qui nous manque et nous complète

sonnant à tous les vides

leur beauté nue 

debout 

Barbara Auzou

Le caravanier des songes / Une sculpture de Francine Hamelin accompagnée de mon poème et de sa mise en voix.

Et Francine Hamelin c’est ici

 

je te suis à la trace

j’ai revu les mensurations du rêve

comme un peu de ciel arraché à la nuit

j’ai regagné le capital de sauvagerie

qu’on tenta de nous voler

et je mesure aujourd’hui

notre chance qui marche pieds nus

dans la caravane de nos pensées

dans nos longs sommeils émus

où l’on dort d’aimer après l’abandon

y passent et repassent ces voleurs de sel

et d’infinitude

propices à la chanson

ils ont aux yeux le trépan d’une goutte d’eau

qui a un accès secret à la mer

les bras chargés d’épices et d’horizons

et dans la voix toujours ce chant rude

de l’oiseau trop épris de soleil

dont on ne prononce jamais le nom

moi je crois bien que je te songerai beaucoup

sans t’ombrer jamais

et qu’il ne s’ennuiera pas de fleurs

dans cette tension du coeur

montée joyeuse dans sa treille

Barbara Auzou.