Brevet des collèges Français 2019 Albert Camus Le Premier Homme (1994) texte et questions, dictée et sujet de rédaction

Voici le sujet de français sur lequel ont planché nos collégiens ce matin…Un bien beau texte mais ENCORE un récit autobiographique…À quand le retour de la poésie?

1

2

3

4

La dictée:

5

Expression écrite

Vous traiterez à votre choix l’un des sujets suivants :

Sujet d’imagination
Devenu adulte, un des enfants de la photographie de Robert Doisneau raconte, comme Albert Camus, les jeux de son enfance. Il évoque la scène représentée sur la photographie.
Vous imaginerez son récit en montrant comment le jeu permet aux enfants, dans un moment de joie partagée, de transformer la réalité qui les entoure.
Vous choisirez d’écrire votre récit à la première ou à la troisième personne.

 

Sujet de réflexion
La littérature, le cinéma et les autres arts permettent de découvrir la vie de personnages fictifs ou réels. Que peut vous apporter cette découverte ?
Vous développerez votre point de vue en prenant appui sur des exemples précis, issus de votre culture personnelle et des oeuvres étudiées lors de votre scolarité.

 

Préparation des portes ouvertes du collège ce matin…

C’était préparation des portes ouvertes qui se tiendront demain au collège, ce matin…Quelques élèves ont accroché les panneaux Poésie de l’atelier ( j’ai supervisé tout en faisant cours en même temps…), et je disposerai demain matin sur une table des exemplaires du livret « N’arête pas ton Char« , ainsi que la nouvelle historique de mon élève Kimi…Peut-être aussi d’anciens livrets puisque une quarantaine ont été réalisés depuis que j’anime cet atelier (20 ans à la rentrée…)

capture

20190614_090157

20190614_100645.jpg

Quelques élèves viendront présenter leur travail aux parents et aux futurs élèves…

Atelier théâtre , le final…

Ce matin mes élèves de troisième ont présenté leur travail théâtral auprès de deux classes de 6ème , des surveillants et de la conseillère d’orientation…Il est 9h30 , ils se préparent sous la direction d’Angèle…Ils joueront de 10h00 à 11h30… Deux scènes en français et deux scènes en anglais…

Il est 10h…Le public s’installe . Kimi et Angèle présentent la pièce aux élèves de 6ème…Kimi improvise en anglais et Angèle assure la traduction pour les sixièmes…

Un petit extrait d’une des scènes jouées en anglais…En attendant le montage vidéo définitif…

Merci à Angèle et bravo aux élèves qui se sont (presque) tous investis…

 

Remise du prix poésie pour les élèves de mon atelier cet après-midi à Canopée Mont-Saint-Aignan.

La remise des différents prix d’expression écrite et de poésie organisés par L’AMOPA 76 a eu lieu cet après-midi…

Un grand bravo d’abord à ce jeune-homme, élève de terminale L qui a obtenu le premier prix individuel national pour son beau poème intitulé La Ligne.

20190522_151925

Et bravo à mes élèves pour le prix collectif collège avec le livret: « N’arrête pas ton Char »!

15585346133491

Resized_20190522_155810

20190522_172012

Merci les filles et bravo…La poésie a de beaux jours devant elle!

Merci également aux parents, pour leurs mots chaleureux et…pour le rosier à qui je donnerai un nom de poète évidemment…

L’Atelier poésie du collège de Clères remporte le prix spécial Jury pour la huitième année consécutive….

 

L’Amopa a décerné cette année encore le prix spécial jury de la jeune poésie au livret « N’arrête pas ton Char » ….Bravo à mes élèves!

20190502_084246

capture

WP_20190205_003

 

Je félicite mes élèves…Remise du prix le Mercredi 22 mai à 15h. CRDP¨de Mont-Saint-Aignan »…

Destin d’une eau de Raymond Queneau/ Mise en voix par les 6èmes.

Merci à Clément et Jade…Des petites choses sont encore à améliorer mais ils sont sur la bonne voix…Un poème se DONNE et ne se récite pas!

Où cours-tu, ru?
où cours-tu, ru,
au fond des bois?
agile comme une ficelle
tu coules liquide étincelle
qui éclaire les fougères
minces souples et légères
abandonnant derrière toi
la mobile splendeur des bois
où cours-tu, ru?
où cours-tu, ru,
du fond des bois
tu te précipites à la mort
tu perdras tes eaux vivaces
dans un courant bien plus fort
que le tien qui se prélasse
au pied des fougères
minces souples et légères
ignorant sans doute tout ce qui t’attend
la rivière le fleuve et le dévorant océan

 

Le récit à « chute »: Une excellente copie…

BD-sur-les-nouvelles-à-chute2

Après la lecture et l’étude de La Parure de Maupassant, les élèves de 4ème étaient invités à écrire un récit à chute…Si l’exercice a été bien réussi dans l’ensemble, la copie de Jade s’est détachée très largement. La voici…

 

Un peu étourdi et vaseux, Léon reprit ses esprits en découvrant devant lui une étendue d’eau immense et très calme.

Au premier abord, cela semblait être une mer tranquille et bleutée , sans vague. Elle effleurait sur le bord des cristaux aussi étranges par leur forme sculpturale que par la pâle blancheur qu’ils reflétaient.

À peine remontait-il ce qui semblait être une grève qu’il perçut un chant mystérieux ponctué d’un « ploc ploc ploc » répétitif et inquiétant. Cette mélodie se faisait maintenant régulière et Léon sentait sur lui des regards pesants jusqu’à l’instant où s’abattit sur lui un filet violent qui le plaqua au sol.

Autour de lui s’était rassemblée une foule d’autochtones curieux de cette attraction. Un vieil homme qui siégeait au centre du groupe s’avança vers lui et lui demanda:

-Qui es-tu étranger?

– Je suis…Léon. Où sommes-nous? Quelle heure est-il? Je partais à mon travail lorsque je fus happé par une immense et puissante vague!

À ces paroles, une clameur s’éleva dans l’assemblée. Elle fut aussitôt stoppée par le vieux qui s’adressa à Léon:

-Nous connaissons bien cette vague dont tu nous parles. C’est elle qui a crée notre monde il y a bien longtemps. Elle revient régulièrement et tu pourras l’admirer avec nous aussi longtemps que tu le voudras.

Léon n’avait pas d’autre choix que d’accepter la généreuse proposition du chef et c’est ainsi qu’il adopta le mode de vie de ses hôtes qui partageaient leur temps entre pêche, danses et chants tribales qui célébraient la profusion du lieu.

Un beau matin, il fut réveillé par un grondement lointain qui galopait sur la mer. il reconnut alors la vague tumultueuse qui l’avait amené là. Rejoint par le clan sur la plage, il assista à un spectacle époustouflant. Un tourbillon gigantesque accompagné d’un assourdissant rugissement faisait disparaître l’océan. Se tournant vers la foule, il fut stupéfait de les voir aussi calmes alors que le monde allait disparaître.

En effet, le calme revint rapidement et le niveau de l’eau bleutée retrouva la plage. Alors, chacun retourna à ses occupations dans la bonne humeur.La vie reprit son cours et le temps passa ponctué par les chants, la danse et la pêche rythmée par le ballet  tourbillonnant et récurrent des flots, la lumière toujours égale sur la grève bombée et blanchâtre…surmontée d’un abattant en résine, voisin d’un porte-revue aidant les occupants du lieu à satisfaire leurs besoins naturels en toute quiétude.

Léon n’était qu’une bactérie de plus s’accrochant comme il pouvait au tartre d’une cuvette de toilettes.