Z ou l’invention d’un récit national

Z comme on récite ses nerfs

sur un récit national réinventé

dans le noir le plus noir du coeur

récitatif de cendres

de fleurs décapitées

tourné sur l’agonie des grands soleils

l’englouti de tout un passé

engendre des oiseaux sans ailes

dans la bouche d’une étoile votive

dorment les consonnes douces

de prénoms délicieusement étrangers

les oubliés éblouis

qui écoutèrent en tout temps trembler

la salive

d’un trou noir dans un ciel insensé

 

Barbara Auzou.

15 réflexions sur “Z ou l’invention d’un récit national

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s